Analyse de l’actualité économique – Janvier 2023

Par Jacques-Louis KESZLER et Olivier PASSET

Depuis plus de trente ans Jacques-Louis KESZLER accompagne les PME dans leur adaptation au monde qui change, dans leur stratégie de marges et dans l’animation de leur personnel pour lui faire donner le meilleur de lui-même.
– Consultant Associé chez KESZLER & Compagnie (1997 à aujourd’hui).
– Gérant de la PME Visuel F Conseil dans le cadre de son redressement (2000-2004).
– Gérant de l’institut de recherche et d’action commerciale de Paris (1998-2000).
– Directeur fondateur de l’école supérieure de commerce de La Rochelle [Excellia] (1988-1996).

Olivier PASSET est économiste et directeur des synthèses économiques chez Xerfi. Il est notamment chargé du suivi des politiques économiques et des mutations de l’appareil de production.

19 oct. 2022 – La guerre en Ukraine, nous place face à une nouvelle polarisation du monde, entre l’Occident développé, sous leadership américain, et l’Orient émergent qui conteste ce leadership. À travers cette fracture, sans rigueur géographique, c’est la rivalité entre deux blocs d’intérêts que nous pointons. […]
16 nov. 2022 – Quelque chose cloche encore et toujours dans la compétitivité hexagonale. Voici bientôt 10 ans que la France est engagée dans des politiques de l’offre. Modérant la hausse du salaire minimum. Allégeant la fiscalité sur les entreprises et poursuivant la baisse des charges sur les bas et moyens salaires. […]

Jeunesse et Citoyenneté

Paroles d’honneur – Lettres à la jeunesse[1].

Résumé du livre du Général d’armée Pierre de Villiers. Par Decitre.

Il y a deux façons de voir la situation actuelle : soit se complaire dans le constat, il est vrai cruel et inquiétant ; soit surmonter ce dernier et chercher des solutions, faire confiance aux trésors de notre génie français. Vous, les jeunes, êtes l’avenir de la France. Vous êtes aujourd’hui en demande d’humanité et de fermeté, d’autorité et d’amour, d’exigence et de bienveillance. Vous cherchez votre équilibre, dans une société où les facteurs de déséquilibre se multiplient. 

Il reste à canaliser vers de justes causes cette attente et cette soif d’idéal. Les plaintes soulagent, mais ne construisent rien de durable. Tout au long de son parcours militaire, le général Pierre de Villiers a eu à cœur de transmettre ; cinq années dans la vie civile n’ont fait qu’affermir son engagement pour la jeunesse, à laquelle il dédie ces lettres. Elles constituent une véritable profession de foi intellectuelle et morale. Une leçon qui résonne profondément en nous. Ces Paroles d’honneur ouvrent un chemin pour réapprendre à aimer la France et retrouver l’espérance. Après quarante-trois années d’une carrière militaire qui l’a conduit à devenir chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers est président d’une société de conseil en stratégie. Il est l’auteur, aux éditions Fayard, de Servir (2017), Qu’est-ce qu’un chef ? (2018) puis L’équilibre est un courage (2020).


[1] https://www.decitre.fr/livres/paroles-d-honneur-9782213725352.html

—oo0oo—

Synthèse de la Conférence prononcée par le Général d’armée Pierre de VILLIERS sur la jeunesse et la citoyenneté.
par Philippe MOUNIER Auditeur du Comité Aunis-Saintonge

Ces idées peuvent paraître banales, mais elles ont été exprimées avec conviction, humour et brio. Elles nécessitent d’être rappelées.

I –  Le monde actuel est instable et dangereux.

  • Il convient d’apprendre aux jeunes à aimer la France. 
  • Il ne faut pas succomber à la vision « temps court » du politique, liée aux contingences électorales. Il faut privilégier le « temps long », porteur d’avenir construit.
  • L’Etat anonyme a pris la place de la nation charnelle.
  • Il faut lutter contre l’individualisme pour le bien de la collectivité et pour instaurer une véritable fraternité humaine.

II –  Les crises se multiplient

Face à elles, il faut déterminer des points d’ancrage :

  • La confiance qui favorise la responsabilisation et permet l’application du principe de subsidiarité.
  • L’autorité qui nécessite une capacité de conception, une aptitude à convaincre, une conduite sans changement de cap, un contrôle.
  • La stratégie : réponse aux questions Quoi ? Pourquoi ? De quoi s’agit-il ? Pour cela, il convient d’être audacieux et équilibré et de prendre de la hauteur.
  • L’éducation : respecter le triptyque parents-enfants-professeurs. Valoriser les notions de patrie et de drapeau. Retrouver les véritables fondamentaux. Tracer les limites à ne pas franchir. Connaître la France, sa langue, son Histoire.

III –  À développer chez les jeunes.

  • L’exemplarité.
  • L’authenticité.
  • L’optimisme : ne pas se laisser abattre.
  • Le dépassement du découragement.
  • L’humilité.
  • L’encouragement à se tourner vers les autres.
  • Le courage : force morale de faire les choses, savoir trancher et dire la vérité.
  • La gestion et la maîtrise du stress.

IV –  Valeurs à partager.

  • Reconnaissance et pratique de l’escalier social.
  • Libération des chaînes intérieures et acquisition d’un libre arbitre.
  • Egalité et équité, sans recherche de l’égalitarisme.
  • Fraternité : esprit d’équipe intergénérationnel.
  • Détermination, persévérance.
  • Esprit d’équipe.
  • Sens du pardon.
  • Amour de la France.
  • Trois mots clefs : HUMANITÉ, UNITÉ, ESPÉRANCE.

V –  Conclusion.

Faire confiance à la jeunesse et être optimiste.

—oo0oo—

Analyse de la Conférence prononcée par le Général d’armée Pierre de VILLIERS sur la jeunesse et la citoyenneté.
par Jean-Marc BRAULT de BOURNONVILLE Membre associé

L’intervention du Général Pierre de Villiers est centrée sur la jeunesse.

Il rappelle le besoin de l’autorité et qu’il en est un praticien.  

Ce besoin d’autorité est d’autant plus nécessaire dans cette période troublée avec des réactions immédiates sans recul ni réflexion.  

L’autorité peut aider la jeunesse à croire en l’avenir.     

Le général rappelle qu’il est un praticien de l’autorité et qu’il s’est donné comme mission de transmettre ses valeurs et d’aider ses auditeurs, par ses réflexions, à devenir « des citoyens acteurs ».  

Jeunesse et citoyenneté : apprendre à remettre la personne au cœur de la cité.

Son intervention se fera sur quatre points :

  1. Une analyse de la situation en langage militaire qui est l’ennemi ?
  2. Les points d’ancrage pour que la jeunesse puisse retrouver du sens de l’envie.
  3. Les qualités que les jeunes doivent développer.
  4. Les valeurs à partager. 

I –  Les facteurs qui pèsent sur la jeunesse.

Pierre de Villiers développe certains sujets qui enrichissent cette situation tant anxiogène pour la jeunesse.

1.1 – Le contexte géostratégique ou le monde dans lequel nous vivons :  

‒ Le terrorisme islamique radical qui vise à imposer un nouvel ordre mondial basé sur une idéologie mondiale et qui utilise comme moyen d’action une barbarie totale.  

‒ Le retour des états-puissances : Russie, Chine, Turquie, Inde, Iran… qui développent des stratégies à long terme alors que nos démocraties n’ont pour seuls horizons que les échéances électorales. Ces mutations se produisent alors que nous assistons à des migrations massives et des désordres climatiques avec leurs conséquences sur les évolutions des sols ou sur l’eau.  

‒ « Nous sommes à un point de bascule ! ». L’ordre international a changé depuis la chute du mur de Berlin, les organisations internationales sont impuissantes face à ces évolutions et les jeunes s’en inquiètent.

‒ Le Bilatéral ou le multilatéral.

1.2 – Le temps qui presse ! 

On ne se parle plus, on zappe. Les événements se succèdent sur les réseaux sociaux. Les moyens modernes de communication sont une source d’exclusion pour les plus anciens. Il rappelle le proverbe afghan : Vous avez les montres, nous avons le temps ! ;  

1.3 – Les technologies accélèrent le temps qui passe : 

Télétravail, robotisation… Avec le risque de perversion de la technologie sur l’homme.

1.4 – La crise de l’autorité est présente partout. 

La mondialisation complexifie les prises de décisions et abolit les frontières. 

« Finalement qui décide et que suis-je dans le processus ? ». 

Un dysfonctionnement est perçu entre l’État et la Nation. La finance et le droit sont présents partout ! Les jeunes ne comprennent pas ce qui se passe, les racines et l’appartenance nationale se perdent ;  

1.5 – L’individualisme.

Le sens du collectif est perdu, « On ne se parle plus, on s’envoie des messages ». 

L’individu est roi « Quel Monde laisse-t-on aux jeunes ? ».

II –  Les points d’ancrage pour une citoyenneté renouvelée     

2.1 – La confiance. 

« C’est le carburant de l’autorité… ne jamais mentir ».  

2.2 – L’autorité (contraire de l’autoritarisme).  

Tout projet se conduit en quatre étapes : 

  • Conception (quelle vision ? Où va-t-on ?)
  • Convaincre sur sa validité.
  • Conduire (on peut tirer des bords mais on garde le cap).
  • Contrôler (on valide le process pour l’améliorer). 

2.3 – La stratégie ou voir loin !

« Quelle paix construire de l’autre côté de la crête ? ».  

Des entreprises en croissance peuvent rapidement décroître. Un plan stratégique peut permettre d’évaluer les risques. Aujourd’hui, on vit dans le tout assurance, avec le principe de précaution. On s’interdit l’audace pourtant l’avenir appartient aux audacieux, dit-on ! Il faut savoir évaluer les risques pour les maîtriser.

« Et dans toute circonstance, prendre le temps de réfléchir ».  

2.4 – L’éducation. 

C’est un mot-clef. La relation enfants/parents/enseignants ne fonctionne pas ou plus !  

« Notre pays est magnifique et aimable mais la France est devenue un gros mot. On n’aime plus la France ». 

Importance de respecter les talents des jeunes, de redorer l’image des enseignants, de l’apprentissage et des métiers manuels.

III-  Les qualités que les jeunes doivent développer.

« Il faut apprendre aux jeunes à devenir des chefs, et d’abord chef de soi-même ».  

3.1 – L’exemplarité.

« C’est exigeant ! On fait ce que l’on dit ou ce que l’on pense ».

On doit être un exemple pour les autres.

3.2 – L’authenticité/le naturel.

3.3 – L’enthousiasme, l’optimisme. 

On ne gagne pas que par l’intelligence. La passion et le cœur ne doivent pas être oubliés.

3.4 – L’humilité (contraire de l’orgueil). 

« Savoir être modeste et ne pas avoir toujours raison. Gardez de l’humour, éviter l’ironie mordante et entraîner les gens dans la joie ! ».

3.5 – Être tourné vers les autres. 

L’autorité est un service. En toutes circonstances, il faut apprendre à gérer les conflits. L’homme doit toujours être au centre de nos préoccupations. Il convient d’éviter que les décisions de nos gouvernants « fassent sauter les faibles ». 

À ce titre, le confinement récent qui a contribué à isoler les gens a été catastrophique.

3.6 – Le courage.

Le courage qui se décline en deux niveaux (le courage opposé à la lâcheté et celui du quotidien… au travail ou ailleurs)

L’important est de ne pas subir, de s’engager au service du collectif. 

Le général rappelle sur le thème du courage le discours que prononça le 8 juin 1978 Alexandre Soljenitsyne devant des étudiants de Harvard sur « Le déclin du courage en Occident ».

IV –  Les valeurs à partager.

Ne pas oublier l’escalier social (et pas l’ascenseur), et l’intérêt d’avoir réalisé soi-même les tâches que l’on commandera ensuite.  

L’armée le permet encore mais plus l’entreprise, ni la fonction publique.

4.1 – La liberté. le libre arbitre, la capacité à décider.

4.2 –  L’égalité (contraire de la discrimination), l’équité.

« Je suis traité comme tout le monde ».

4.3 – La fraternité. 

Le général cite un jeune « Dans l’armée, j’ai trouvé une famille ! ».

4.4 – La cohésion.

« L’équipe de France de football a gagné la Coupe du monde de 1998 ».  La cohésion s’organise par le parrainage, le binômage.

4.5 – La détermination.

« Je ne savais pas que j’étais capable de … » ;  

4.6 – Le respect.

Le respect (source de fierté), la considération (source de la délégation), le respect mutuel.

4.7 –  Le pardon.

Mot clef de la civilisation. Éviter les coups bas, se pardonner au lieu de s’insulter ; le pardon n’est pas l’oubli.

4.8 – L’équilibre (entre vie privée et professionnelle) 

4.9 – L’amour de la France.

Le drapeau, la culture, notre langue, notre histoire, nos entreprises, notre gastronomie. Évitons la repentance !

L’Europe où les poupées s’emboîtent et ne s’opposent pas.     

Trois conseils en guise de conclusion : 

Outre le fait de savoir écouter les anciens qui ont de l’expérience !     

1 ‒ Humanité : remettre la personne au centre de nos réflexions et décisions ;  

2 ‒ Unité : il faut rassembler unir : le pardon, la bienveillance, la réconciliation, mettre les talents au service du collectif (le général cite les maréchaux Leclerc et de Lattre de Tassigny et leurs épopées), et laisser de côté les diviseurs ;  

3 ‒ Espérance (contraire de la crainte de l’avenir, du pessimisme). Être fier d’être français et de réussir sa vie.

Le général de Villiers achève son propos par ces mots :

« Aimons notre jeunesse, elle nous le rendra !
La jeunesse a soif de grandeur, d’engagement
et pas de performance ».

Lettre ouverte au Président de l’AR-18

Cher Président,

Dans mon courriel du 24 juin envoyé au président Jean-Claude Duchet et aux membres du bureau de l’AR-18, j’écrivais que « N’étant pas présente à l’AG du 26 juin 2021, au cours de laquelle seront constatés la fin de mon mandat » -au sein du comité directeur- « et mon désir de ne pas le renouveler, je souhaite que tu fasses part à cette assemblée générale du maintien de mon intérêt pour la suite des activités de l’AR 18 (…). » C’est dans cet état d’esprit positif que je te livre le résultat de ma réflexion face au tournant que prend notre association dans le contexte actuel.

L’AR 18 compte actuellement une centaine de membres répartis dans quatre comités dont le dynamisme diffère selon les départements : or ces comités n’ont pas de statut associatif, seule l’Association régionale a ce statut.

Il y aurait donc intérêt à faire participer tous les membres de l’AR-18 aux travaux des groupes départem entaux et à tous les échanges qu’ils occasionnent, même ceux qui circulent entre membres d’un groupe travaillant sur une étude spécifique, nationale ou locale : les échanges au niveau régional seraient certainement plus fructueux que ce qui est permis par la fragmentation départementale actuelle, et les « bonne idées » circuleraient ainsi efficacement.

Sachant que lorsque les membres d’un organisme, surtout les plus petits ne sont pas irrigués, ils se dessèchent, je crois tout aussi bénéfique que l’ordre du jour d’un comité soit envoyé, comme le compte rendu de sa réunion, à tous les membres de l’AR-18 qui en seront ainsi informés.

L’AR-18 ne pourra rayonner que si tous ses membres se sentent concernés quelle que soit leur possibilité de participer à ses activités et à ses travaux.

Ne pouvant le faire moi-même faute de connaître les coordonnées de tous les membres de l’AR 18, je demande par la présente à Marc Fiard, secrétaire général, d’assurer la diffusion de cette Lettre ouverte.

Je souhaite également que Christian Chauvet publie cette Lettre ouverte sur le site de l’AR-18.

Bernadette GRIGNON Le 10 septembre 2021

Cyber : une question de souveraineté – La quatrième dimension de l’espace national

Un Livre blanc avec 30 propositions et le Projet CYBUNIH.

Ouvrage collectif de la commission cyber-stratégie de l’Union-IHEDN préfacé par Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de l’Europe et des affaires étrangères.

La crise sanitaire, politique, sociale et économique dans laquelle la pandémie de Covid-19 vient de plonger la planète n’a fait que renforcer la dépendance au numérique de chacun, organisations comme individus, avec les MOOC, visio-conférences, télétravail … et accentué notre fragilité en la matière.
Selon certains d’ailleurs « le prochain virus sera cyber » et il faut s’y préparer.

Constituée d’une quarantaine d’auditeurs délibérément recrutés dans toutes les régions et issus des horizons professionnels les plus divers, la commission s‘est donné comme objectif de « stimuler et fédérer des initiatives dans le domaine cyber, d’en identifier les grands thèmes et les axes de progrès, de dégager des recommandations à faire connaître et appliquer ».
S’en est suivi un important travail de réflexion dont les premières conclusions et propositions sont regroupées dans cet ouvrage, qui devrait en principe se prolonger par une mobilisation nationale sur le terrain d’anciens auditeurs, en vue d’aider à titre bénévole à sensibiliser au cyber dans toutes les Régions les segments les plus vulnérables de la population.

© Ouvrage collectif de la commission cyber-stratégie sous la direction de Julien ROITMAN.
Union des associations d’auditeurs de l’Institut des hautes études de défense nationale.

Pilotes des groupes de travaiL de la commission cyber-stratégie :
Sébastien BOURDON, Pierre-Guillaume GOURIO-JEWELL, Guillaume JEUNOT, Ali MLALA, Didier SPELLA, Patrick VABRE, Julien VALIENTE

Autres rédacteurs ayant participé à l’éLaboration de ce Livre Blanc :
Élise ACQUIN, Céline BOYARD, Gabriel BREIT, Marius CAMPOS, Laurent CHABAUD, Thierry COLOMBIER, Julien ESTEBANEZ, Véronique GUEVEL, François GUYOT, Christine HAGET, Emmanuelle HERVE, Olivier LASMOLES, Vincent LE DILASSER Jean-Claude LEBRESNE, Patrick LHEUREUX, Olivier LYS, Jean- Paul MATTEI, Cédrick MORMANN, Marie-Hélène PEBAYLE, Pierre UZAN, Justine VAN MINDEN, Marc WELTMANN

Mise en page finalisée par François GUYOT et François LEFAUDEUX

Remerciements :
Jamal BASRIRE, Marguerite BILALIAN, CYB-RI (ILERI), CINOV Numérique (Olivier LYS), Fanny DEMASSIEUX, Thomas ESTÈVE, Sophie FUCHS, Simond de GALBERT, Caroline GORSE- COMBALAT, Pierre GUYOT, Philippe LAVAULT, Pauline LOURADOUR, Jean-François MOREL, Maxime OLIVA, Jacqueline PASDELOUP, Mohand RAMTANI, Jacques ROUDIER, Philippe TELEP, Philippe TROUCHAUD

Les nouvelles capacités de surveillance à très longue portée

Dans son numéro N° 2684 du 17 avril 2020, la revue “Air & Cosmos” présente un dossier très intéressant sur les différents types de radar à très longue portée mis en oeuvre par la Russie, la Chine et l’Iran.

Si l’origine de certaines perturbations n’est pas encore identifiée, les radio-amateurs comprendront pourquoi une partie des fréquences de la bande qui leur est octroyée sont brouillées.

Ce document est un peu technique mais la conclusion ouvre un large champ de réflexions.

Alain BELLANGER

Carré militaire de Saint-Éloi de La Rochelle

Sur la photo (premier en partant de la gauche), notre camarade l’IHEDN Christian Barbe, trésorier départemental du Souvenir français.
Crédit photographique : reporterunpdlp@orange.fr Pierre Le Droumaguet UNP 170

Comme chaque année à la Toussaint le Souvenir français bravant la tempête a rendu hommage aux 168 Morts pour la France reposant au cimetière Saint-Eloi de La Rochelle lors d’une cérémonie en présence des Autorités civiles et militaires.

Merci à Madame Aurélie Aubry et aux services techniques de la Ville de La Rochelle, à l’ONACVG représenté par sa directrice, au Comité de coordination de l’Entente patriotique, aux élus, aux anciens combattants, aux porte-drapeaux et à toutes celles et ceux qui se sont joints au Souvenir français pour écouter le message du Président national, le Contrôleur général des armées Serge Barcellini et se recueillir devant les tombes rénovées par les jeunes du Service Militaire Volontaire à l’heureuse initiative du nouveau Délégué Militaire Départemental adjoint soucieux de sauvegarder notre mémoire.

Christian BARBE, délégué honoraire et trésorier départemental.
Membre associé IHEDN du Comité Aunis-Saintonge.

Remise de décoration

Le vendredi 18 octobre à 17 heures dans la salle de la mairie de la Flotte-en-Ré et en présence de Léon Gendre maire de la commune,

Michel Roussin, Commandeur de la Légion d’honneur et ancien ministre a remis les insignes d’Officier de l’ordre national du Mérite à Jean-Marc Brault de Bournonville.

Michel Roussin et Jean-Marc
(C) Catherine Hérault

Obsèques à Niort le mercredi 17 juillet et Châtelaillon-Plage le jeudi 18 juillet 2019

Catherine HERAULT nous informe du décès soudain de notre camarade Jacques SEGUIN du comité des Deux-Sèvres.

Jacques, qui était également membre du CODIR, était présent lors de notre réunion du 1er juin dernier et nous avait encore montré  tout son engagement pour nos projets communs.

Dès que nous aurons des précisions sur ses obsèques, nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

Une foule de Drapeaux (116), les plus hautes autorités : Préfet, Président du Conseil départemental, Maire, DMD des quatre départements et officiers de toutes armées, Présidents de nombreuses associations dont l’IHEDN très représentée par les membres du CODIR et l’IH 79, les Cadets de la défense, amis, anciens collègues, ont honoré la mémoire de Jacques Seguin pendant plus de deux heures hier en l’église Saint-Hilaire de Niort, en présence de ses petits enfants et enfants.
Une très belle cérémonie pour un homme qui avait fait du devoir de mémoire et de l’engagement citoyen, sa raison d’être.

Catherine Hérault

Un Grand Monsieur nous a quitté.

Jacques Séguin, un combattant pour l’histoire, la mémoire et la citoyenneté.

Décédé à 74 ans le 12 juillet 2019, Jacques Séguin était bien plus qu’un enseignant d’histoire et de géographie, il était un véritable hussard de la république.


Né au printemps 1945 dans la région parisienne, il ne pouvait qu’être marqué du sceau de l’histoire. Certes, il a d’abord suivi une formation de géographe à Paris, mais il a ensuite enseigné l’histoire et la géographie dans les Deux-Sèvres, notamment au collège niortais Fontanes.


Et l’histoire, il a toujours cherché à l’incarner, en faisant venir des témoins, en guidant ses élèves sur des lieux de mémoire, comme Verdun, le Struthof ou Oradour-sur-Glane, en réalisant des expositions, en participant à des concours pédagogiques…


Avant la retraite, et encore plus après, il s’est impliqué corps et âme dans de très nombreuses associations, de l’association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG), au niveau régional et national, jusqu’aux réservistes citoyens, en passant par des associations d’anciens combattants (UDAF et UNC), l’association des déportés, internés et familles de disparus (ADIF), l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), le Conservatoire de la Résistance de Thouars, le musée du sous-officier de Saint-Maixent, ou encore la Fédération Jeunesse et Sports et Engagement. Association dont il était devenu secrétaire général national.


À toutes ses implications associatives dans lesquelles il n’économisait ni son temps ni son énergie, il avait même ajouté celle de président des porte-drapeaux des Deux-Sèvres. 116 d’entre eux étaient présents à l’hommage rendu à Jacques Séguin à Niort par l’ensemble des associations.
Ses obsèques ont eu lieu à Châtelaillon-Plage ou il a été inhumé.


Sur proposition de Jean Louis Lobstein vice-président de l’AR 18 et président du comité des Deux-Sèvres. Article rédigé par notre camarade Guy Brangier,

Obsèques à Marennes le lundi 15 juillet

Le Docteur Jean-Marie PAPAZOGLOU, son époux,

Capucine, Alexandre, Frédérique et Ariane, ses enfants et petits-enfants

Éliane GUTH, sa mère,

ainsi que toute la famille

ont la tristesse de vous faire part du décès de

Madame Monique PAPAZOGLOU née GUTH

Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

La cérémonie religieuse sera célébrée le lundi 15 juillet 2019 à 10 heures 30 en l’église Saint Pierre de Sales de Marennes suivie de sa crémation dans l’intimité à Saintes.

La famille remercie par avance les personnes qui prendront part à sa peine en cette douloureuse circonstance.

Jean-Marc Brault de Bournonville, l’Africain.

2019-06-20 à 18.16.18.jpg

Jean-Marc Brault de Bournonville entouré de Catherine Salez et Yves Morin.

Encore un enregistrement passionnant dans les locaux de Ré-Télé.

Jean-Marc Brault de Bournonville, ancien président des Conseillers du Commerce extérieur de la France, ayant longtemps résidé en Afrique a raconté sa vision de ce continent à Catherine Salez, sous les caméras d’Yves Morin.

Directeur de différentes filiales AGF en Afrique, Jean-Marc Brault de Bournonville possède une connaissance approfondie,  aussi bien culturellement qu’économiquement, de ce continent.

Il a, parmi les sujets abordés, parlé du nouveau rôle de la France en Afrique, des Africains qui doivent prendre leur destin en main et du rôle important de la femme sans qui l’avenir ne se fera pas.

Un « Studio » dense et particulièrement intéressant à l’heure où de nouvelles relations se mettent en place entre l’Afrique et l’Europe. À visionner en janvier 2018

Catherine Bréjat – 21 décembre 2017