Annonce du Président de l’AR-18

Mes chers Camarades Auditeurs et Membres Associés de l’AR-18

Notre assemblée générale s’est déroulée le 26 juin 2021 à la salle auditorium du Palais des Congrès de Rochefort où nous avons été accueillis par le Général Alain GIORGIS, adjoint au maire, Monsieur Hervé BLANCHET. Chargé des questions de sécurité et des relations avec l’armée au sein du Conseil Municipal, le général de corps d’armée (2S) Alain GIORGIS est également auditeur de l’IHEDN et adhérent de notre association régionale.

Lors de cette assemblée générale, j’ai été élu président de notre association. C’est une lourde tâche que je vais exécuter avec cœur et courage. Je compte sur chacun pour m’accompagner en participant à nos activités afin que notre association continue à vivre. Pour me soutenir, je serai notamment accompagné par Maître Marc FIARD qui occupera les fonctions de Secrétaire Général et par le Général Christian CHAUVET qui sera notre nouveau trésorier.

Comme vous le savez, l’IHEDN et l’Union ont connu des difficultés cette année et l’année passée. Celles-ci ont provoqué des bouleversements notables. A ce jour, ces difficultés semblent être en passe d’être maîtrisées.

Personnellement, bien que très attentif à la situation parisienne,
Je n’ai qu’un seul objectif, c’est d’assurer le développement de notre association régionale dans le respect des femmes et des hommes qui la composent.
En ce sens, je soutiendrai pleinement les comités départementaux dans les actions qu’ils souhaitent développer. Pour me consacrer pleinement à ma tâche, je vais quitter mes fonctions de vice-président du Comité de Charente-Maritime.

Nous avons la chance d’appartenir à une association à dimension humaine, riche par la qualité et la diversité de ses membres. Soutenons-là tous ensemble par des actions lisibles qui seront l’expression des valeurs que nous partageons tous. Mes chers camarades, la situation de notre pays est grave, retrouvons tous le chemin de l’engagement.

Enfin, je tiens à rendre un hommage appuyé à Monsieur Jean Claude DUCHET pour son action à la présidence de notre association pendant de longues années. Son sens de l’humain a été la pierre d’angle de son action. Je tiens aussi à apporter toute ma reconnaissance à notre trésorier, Monsieur Daniel BIRON qui nous quitte pour raisons personnelles.

Je reste à votre disposition.

Avec toutes mes amitiés.

Paul Morin, Président de l’AR-18

Meilleurs vœux pour 2020

En avant pour la Victoire !

Chères amies, chers amis,
Je sacrifie une fois encore à la tradition.
Je remercie tout d’abord tous ceux qui se sont déjà exécutés dans le respect des usages
C’est avec grand plaisir que je viens présenter au comité Aunis-Saintonge, dans sa plénitude, tous mes souhaits de Joyeux Noël et de Bonne et Heureuse Année 2020.
Que cette année nouvelle soit pour vous emplie de tout ce que vous souhaitez de meilleur. En faire la liste serait trop long. Mais le cœur y est.
[…] que cette année voit notre victoire dans tout ce que nous entreprendrons et le maintien de notre amitié et de notre cohésion.
Avec toutes mes amitiés.
Philippe MOUNIER

Pour que vive la France

Poème du capitaine Clément Frison-Roche
Mort pour la France au Mali
le 25 novembre 2019

Le capitaine Clément Frison-Roche, scout, saint-cyrien et père, est mort à 27 ans en opération au Mali, alors qu’il était aux commandes de son hélicoptère Tigre.

Le capitaine Clément FRISON-ROCHE, tombé au Mali la semaine dernière, pris avec sa fille avant son départ au Mali, n’avait il pas eu un pressentiment, lorsque saint-cyrien, il composa ce poème poignant.
Les treize militaires morts le lundi soir 25 novembre 2019 dans la collision de deux hélicoptères de l’opération Barkhane conduite au Mali. © Armée de terre.

Remise de décoration

Le vendredi 18 octobre à 17 heures dans la salle de la mairie de la Flotte-en-Ré et en présence de Léon Gendre maire de la commune,

Michel Roussin, Commandeur de la Légion d’honneur et ancien ministre a remis les insignes d’Officier de l’ordre national du Mérite à Jean-Marc Brault de Bournonville.

Michel Roussin et Jean-Marc
(C) Catherine Hérault

Départ de Bernadette

Discours de Bernadette lors de sa fin de mandat de vice-présidente en charge du comité Aunis-Saintonge (17).

Quelques considérations non intempestives pour répondre à quelques interrogations.

« Qu’est-ce qu’on t’a fait ? » s’exclama notre ami Jacques Tabary, à l’annonce de ma démission, véritable cri du cœur exprimant ainsi le désarroi silencieux de ses camarades qui ne semblaient pas avoir pris au sérieux les « prémic/sses » (dans tous les sens du terme) de mon retrait de la fonction de vice-présidente ayant en charge le Comité Aunis-Saintonge, comme se plaît à le nommer notre éminence grise, Philippe Mounier, si féru d’histoire…

Cette présidence, je l’ai acceptée en octobre 2011, dans le contexte tragique de la mort de Pierre-Philippe Feyzeau, au moment de ma prise de retraite de l’Éducation Nationale, prendre sa retraite ne signifiant pas pour autant battre en retraite !

Je ne peux donc pas m’exclamer comme Jacques-Louis Keszler avec lequel je suis allée voir les étudiants d’EXCELIA à La Rochelle (Groupe Sup de Co dont il a été le fondateur et nous y avons travaillé de concert à l’époque) pour y présenter les Lundis de l’IHEDN :

« Nous retrouver ensemble à Sup de Co… c’est du Dumas !… 20 ans après !! »

parce qu’en réalité, en ce qui me concerne, trois mandats de présidente ne font que neuf ans… et nous ne sommes même pas encore en 2020 !

Par contre je peux dire « 20 ans après », ayant fait la session régionale de Poitiers en 2000 avec Christophe (Royer), et un certain nombre de nos amis de l’AR 18.

Devenir alors « auditeur » a officialisé pour moi un engagement personnel qui, lui, remonte aux années 90, au sein du Trinôme académique dont l’action s’inscrivait dans les valeurs civiques de la République, et rayonnait en osmose avec l’AR 18.

C’est ce sens du devoir, ce respect des valeurs humanistes qui m’ont fait accepter la responsabilité de la présidence en octobre 2011, m’inscrivant ainsi dans la succession de Pierre-Philippe Feyzeau, Max Clicquot de Mentque, et même de Paul Guéneau dont il ne faut pas oublier qu’il a fait vivre en son temps le comité, même si sa modestie ne l’a pas conduit à le faire connaître. Ce fut du reste une belle époque, bien avant 2000, où le comité qui n’était pas encore identifié comme tel, rayonnait sur l’AR 18 par son travail interdépartemental auquel participaient certains d’entre vous toujours présents, fidèles parmi les fidèles : Alain Amat, Christian Beaudeau, Claude Boudesseul, Régis Hardy…

J’ai donc pris la présidence dans l’urgence de la situation, et surtout pas pour céder à la mode d’une parité dont la revendication systématique me semble plutôt déshonorer la gent féminine, mais j’ai surtout accepté parce que je savais pouvoir m’appuyer sans réserve sur Jean-Claude Rodriguez, qui eût dû lui-même devenir président d’un comité dont il a été la véritable cheville ouvrière…

Partagez donc avec moi l’émotion de savoir que je pars sans regret, laissant à Paul Morin une responsabilité dont il a déjà témoigné par son investissement personnel, au sein d’un comité qui bouillonne d’idées et d’initiatives dont la dernière, et pas la moindre, est la création du site Internet que l’on doit à Christian Chauvet et Jacques Tabary, tous deux faisant entrer l’AR 18 de plain-pied dans le XXIème siècle.

Que cette réunion de ce soir soit donc un véritable « trait… d’union » … tiret du 6 «  » comme du 8 « _ » puisqu’il souligne l’arrivée du nouveau président : bienvenue Paul !                           

Bernadette Grignon

Dossier d’archives :

Bonjour.
Merci à tous pour avoir contribué et participé au succès de la cérémonie en hommage à Bernadette qui s’est tenue hier soir lundi 23 septembre au cercle militaire de Rochefort.
Vous trouverez la photo de groupe prise sur l’initiative de Jean-Michel CLÈRE.
Merci aussi à celles et ceux qui ont contribué à cette réussite et qui, malheureusement, n’ont pu se libérer à cette occasion.
Amitiés

Paul Morin

Très chers Amis,

Je suis encore sous le coup de l’émotion qu’a provoquée la surprise de cette réunion, véritable cérémonie dont je reste encore toute esbaudie du secret de l’organisation et des honneurs auxquels j’ai eu droit.

Après ce bel hommage et ce magnifique cadeau qui témoigne de la résistance de la plume au clavier… un repas très convivial a permis de prolonger ces échanges animés par une amitié dont le témoignage en est la présence de Jean-Claude Duchet, accompagné du général Ménanteau et du président du comité 16, Dominique Faure. Nous devons à l’initiative du président de l’AR 18 la réduction à un prix symbolique de ce repas « amélioré », selon l’expression consacrée.

Notre nouveau président, Paul Morin, prenant début octobre quelques vacances bien méritées, je vous enverrai prochainement l’invitation à participer à notre réunion du lundi 21 octobre (qu’il présidera), dont l’ordre du jour reconduira en grande partie celui du 23 septembre.

En vous renouvelant mes remerciements très émus, croyez à la fidélité de mon engagement associatif et à la sincérité de mon amitié.

Bernadette Grignon

Obsèques à Niort le mercredi 17 juillet et Châtelaillon-Plage le jeudi 18 juillet 2019

Catherine HERAULT nous informe du décès soudain de notre camarade Jacques SEGUIN du comité des Deux-Sèvres.

Jacques, qui était également membre du CODIR, était présent lors de notre réunion du 1er juin dernier et nous avait encore montré  tout son engagement pour nos projets communs.

Dès que nous aurons des précisions sur ses obsèques, nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

Une foule de Drapeaux (116), les plus hautes autorités : Préfet, Président du Conseil départemental, Maire, DMD des quatre départements et officiers de toutes armées, Présidents de nombreuses associations dont l’IHEDN très représentée par les membres du CODIR et l’IH 79, les Cadets de la défense, amis, anciens collègues, ont honoré la mémoire de Jacques Seguin pendant plus de deux heures hier en l’église Saint-Hilaire de Niort, en présence de ses petits enfants et enfants.
Une très belle cérémonie pour un homme qui avait fait du devoir de mémoire et de l’engagement citoyen, sa raison d’être.

Catherine Hérault

Un Grand Monsieur nous a quitté.

Jacques Séguin, un combattant pour l’histoire, la mémoire et la citoyenneté.

Décédé à 74 ans le 12 juillet 2019, Jacques Séguin était bien plus qu’un enseignant d’histoire et de géographie, il était un véritable hussard de la république.


Né au printemps 1945 dans la région parisienne, il ne pouvait qu’être marqué du sceau de l’histoire. Certes, il a d’abord suivi une formation de géographe à Paris, mais il a ensuite enseigné l’histoire et la géographie dans les Deux-Sèvres, notamment au collège niortais Fontanes.


Et l’histoire, il a toujours cherché à l’incarner, en faisant venir des témoins, en guidant ses élèves sur des lieux de mémoire, comme Verdun, le Struthof ou Oradour-sur-Glane, en réalisant des expositions, en participant à des concours pédagogiques…


Avant la retraite, et encore plus après, il s’est impliqué corps et âme dans de très nombreuses associations, de l’association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG), au niveau régional et national, jusqu’aux réservistes citoyens, en passant par des associations d’anciens combattants (UDAF et UNC), l’association des déportés, internés et familles de disparus (ADIF), l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), le Conservatoire de la Résistance de Thouars, le musée du sous-officier de Saint-Maixent, ou encore la Fédération Jeunesse et Sports et Engagement. Association dont il était devenu secrétaire général national.


À toutes ses implications associatives dans lesquelles il n’économisait ni son temps ni son énergie, il avait même ajouté celle de président des porte-drapeaux des Deux-Sèvres. 116 d’entre eux étaient présents à l’hommage rendu à Jacques Séguin à Niort par l’ensemble des associations.
Ses obsèques ont eu lieu à Châtelaillon-Plage ou il a été inhumé.


Sur proposition de Jean Louis Lobstein vice-président de l’AR 18 et président du comité des Deux-Sèvres. Article rédigé par notre camarade Guy Brangier,

Obsèques à Marennes le lundi 15 juillet

Le Docteur Jean-Marie PAPAZOGLOU, son époux,

Capucine, Alexandre, Frédérique et Ariane, ses enfants et petits-enfants

Éliane GUTH, sa mère,

ainsi que toute la famille

ont la tristesse de vous faire part du décès de

Madame Monique PAPAZOGLOU née GUTH

Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

La cérémonie religieuse sera célébrée le lundi 15 juillet 2019 à 10 heures 30 en l’église Saint Pierre de Sales de Marennes suivie de sa crémation dans l’intimité à Saintes.

La famille remercie par avance les personnes qui prendront part à sa peine en cette douloureuse circonstance.