Réforme de l’IHEDN – Sessions en région

Mesdames et messieurs les présidents d’associations régionales d’auditeurs de l’IHEDN, 

J’espère que chacun d’entre vous se porte bien ainsi que vos proches.

Après la consultation que je vous avais adressé le 7 avril dernier, j’imagine votre impatience pour avoir un retour, et je remercie chaleureusement ceux qui ont pris sur leur temps pour répondre. La synthèse qui a été rédigée a été essentiellement ciblée sur les sessions en région, et n’a pas pris en compte les autres sujets sur lesquels vous vous êtes exprimés.

Cela fera l’objet d’un autre retour, tout aussi important et concis.

Aussi, je vous adresse ci-jointe la restitution qui a été adressée par le président Mario Faure au Général Destremau le 30 avril dernier, et qui a suscité tout son intérêt.

Ci-dessous un extrait de sa réponse à cet envoi :

« J’ai lu avec beaucoup d’intérêt et d’attention la lettre jointe. Et ce n’est pas une formule polie. Je veux remercier ici tous ceux qui y ont contribué, les remercier du temps donné mais surtout de propositions intéressantes.

Je veux particulier remercier Mme Isabelle Beauvais et le Contre-amiral Jean-François Morel de ce travail de synthèse. Je vois dans la réforme de l’Institut une vraie opportunité d’accroitre les synergies entre l’Institut et les associations, en particulier pour les futures sessions régionales. Je veux ajouter à mes remerciements Norbert Laurençon et Michel Foudriat qui ont accepté d’intégrer un de nos groupes de travail et je sais qu’ils seront d’excellents et fidèles représentants de l’Union. »

Afin de vous permettre de suivre les évolutions sur ce projet de « sessions en régions », voici quelques éléments :

Un groupe de travail entre l’Institut et les AR, a bien été constitué et a permis de mettre autour de la table, outre les représentants de l’Institut , deux présidents d’AR, respectivement le président de l’AQUI-IHEDN, Norbert Laurençon et le président de l’AR-Provence, le Général Michel Foudriat, mais aussi d’Aline Scouarnec, professeure d’université, auditrice régionale et membres du CA de l’IH, d’Anne Gallo, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne, d’Alain Juillet*, ancien patron de la DGSE et spécialiste des questions de cybersécurité.

Une première session de travail s’est tenu début avril en visioconférence.

Nous avons, dès lors, pu constituer au niveau de l’Union, un groupe de travail actif qui s’est réuni en amont des réunions avec l’Institut, et mandater officiellement Norbert Laurençon, président de ce groupe, et interlocuteur sur le GT-SR avec Michel Foudriat.

La deuxième réunion s’est tenue le 29 avril dernier et le retour ce cette réunion a été très positif. Ci-dessous un extrait du compte-rendu :

  • Cela implique par ailleurs une coordination efficace entre l’IHEDN et les associations régionales. Un GT (présidé par M. Laurencon) sera ainsi créé et inclura des représentants du DO, des associations régionales et des OGZDS. L’objet de ce GT sera d’étudier les pistes de coopération entre l’IHEDN et les acteurs régionaux afin d’assurer une fluidité dans le déroulement et l’organisation des futures SR. Il s’agira par ailleurs de renforcer l’ancrage régional de l’IHEDN et de s’engager dans une construction commune de formation. 
  • Les participants ont également souligné qu’il était nécessaire de penser « l’après IHEDN », c’est-à-dire veiller à ce que les compétences acquises lors des formations soient effectivement valorisées dans le cadre du parcours post-IHEDN de l’auditeur et mises au profit de la nation. Outre la réserve de l’IHEDN, il serait pertinent de penser un système permettant d’assurer la valorisation et la continuité des compétences acquises, lesquelles répondraient au principe « d’utilité nationale ».

Enfin, nous avons eu la dernière réunion le 6 mai dernier avec le Général Destremau et son équipe. Je vous en adresse le relevé de décision ci-joint.

Depuis cette rencontre virtuelle, au niveau de l’UNION, il convient de faire des propositions concrètes rapidement et efficacement. Il a donc, été décidé que Norbert Laurençon constitue au niveau des AR un groupe de réflexion proactif, compte tenu des échéances contraintes.

Ce groupe est constitué de :

  • AR-01 – Norbert LAURENCON – Président du groupe
  • AR-06 – Gabriel BREIT  
  • AR-09 – Michel FOUDRIAT   
  • AR-14 – Jean BACOT   
  • AR-15 – Éric MAQUER   
  • AR-16 – Pascal ROZE    
  • Union – Jean-François MOREL 

En appui en tant que de besoin : Isabelle BEAUVAIS et Caroline GORSE-COMBALAT.

En espérant avoir répondu à vos attentes, je reste à votre disposition pour tout éclaircissement.

Bien amicalement.

Isabelle BEAUVAIS
Vice-présidente de l’Union pour les Associations régionales
Mobile : 06 07 95 43 14

  • NdR : Alain Juillet, Directeur du Renseignement de la DGSE entre 2002 et 2003, avant d’être nommé Haut responsable chargé de l’intelligence économique auprès du Premier ministre jusqu’à 2009.
    © https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Juillet

Message du Général de corps d’armée Patrick DESTREMAU

Mesdames et messieurs le Présidents, 

J’ai d’abord une pensée pour chacun d’entre vous et vos proches. Dans ces moments difficiles pour nos concitoyens et notre pays, je souhaitais m’adresser à vous.

J’ai imaginé que vous seriez heureux d’avoir des nouvelles de l’Institut, de la poursuite de ses activités, de la préparation de son avenir et de notre participation à l’effort de la nation pour lutter contre le Coronavirus. En ce temps d’isolement, je pense aussi important de rester en lien avec chacun d’entre vous, les responsables de l’Union, les président(e)s des associations régionales.

Poursuite des activités : continuer en nous adaptant

Dans la première semaine de la période de confinement, l’Institut a réussi à basculer en mode télétravail, grâce notamment à la réalisation du plan de mobilité voté l’an dernier par le conseil d’administration. L’équipe a fait un remarquable effort d’adaptation et de réactivité, notamment le bureau système d’information et de communication.

Notre premier souci a été d’adapter la poursuite des sessions : conférences devenues téléconférences (les premières seront diffusées cette semaine en direct sur Zoom© puis mises en ligne) et accompagnement des travaux de comité. Compte tenu du contexte, le report des missions Monde est, comme vous l’imaginez, plus délicat.

Vous trouverez là un lien vers le message que j’ai adressé dans les premiers jours aux auditeurs des sessions nationales : https://www.ihedn.fr/video/message-du-gca-patrick-destremau-aux-auditeurs-de-lihedn-0 (le code d’accès est 131).

Préparation de l’avenir : achever la conception de la nouvelle offre pour juin 2020

Parallèlement, l’Institut est profondément et résolument engagé dans les travaux de conception de la nouvelle offre, la déclinaison des décisions prises par le directeur de cabinet du Premier Ministre le 31 janvier et par le conseil d’administration du 12 mars 2020. Nous pouvons collectivement nous réjouir de la priorité donnée par le Premier Ministre aux sessions régionales. Notre ambition est dès 2021 de porter leur nombre de 8 à 9 par an dont une outremer et de doubler d’ici trois ans le nombre d’auditeurs. Je veux remercier ici la ministre des armées, le chef d’état-major des armées et le chef d’état-major de la marine, de l’appui, absolument nécessaire, qu’ils ont décidé d’apporter à ces futures sessions.

Afin de nous assurer de prendre en compte toutes les attentes, tous ces travaux sont menés en coordination étroite avec des groupes de travail rassemblant auditeurs et prescripteurs. Ainsi le 6 avril, nous aurons notre première réunion avec le GT SR. Au-delà, les conclusions de ces travaux vous seront présentées lors de la réunion élargie de la communauté de l’Institut du 18 juin 2020.

Vous trouverez joint un Flyer (en format A5 double) expliquant l’ambition et les grandes lignes de la réforme de l’Institut que vous pouvez largement diffuser vers vos membres ou auditeurs.

#Jeveuxaider : que faire ?

Nombreux ont été les auditeurs qui se sont tournés vers l’Institut et ont manifesté leur désir d’engagement et d’entraide. Je vais être ici assez simple : quel rôle peut vraiment et utilement jouer l’Institut dans le temps court et dans l’immédiat ? Nous serons complètement à l’écoute de vos propositions pour les accompagner ou les relayer. Nous relayons déjà les appels nombreux et concrets portés par le gouvernement ou les associations : https://www.ihedn.fr/actualite/jeveuxaider et https://www.ihedn.fr/actualite/donnez-votre-sang.

Au-delà, nous sommes convaincus que la plus forte valeur que peut et doit apporter l’Institut et la communauté se place dans le temps long, dans notre oeuvre au service de la cohésion nationale et la résilience de notre pays. En temps utile, il nous faudra étudier cette crise et le rôle que l’Institut aurait pu hier et devra demain, avoir.

Vous trouverez enfin joint une lettre vous donnant toutes ces nouvelles, expliquant notamment les grandes lignes de la réforme des sessions régionales et que nous vous proposons aussi de partager avec vos membres ou auditeurs.

Et n’hésitez pas à joindre la directrice des relations institutionnelles et de la communication Delphine Gillaizeau (Delphine.Gillaizeau@ihedn.fr) ou son adjointe Hripsimé Torossian (hripsime.torossian@ihedn.fr) en charge des relations avec les auditeurs si vous avez des propositions ou des questions.

Je vous adresse à tous mes salutations mes plus chaleureuses, mes pensées amicales dans ces temps difficiles pour notre pays et vous remercie encore de votre engagement au sein de la communauté de l’IHEDN.
 
Général de corps d’armée Patrick DESTREMAU – Directeur de l’institut des hautes études de défense nationale et de l’enseignement militaire supérieur

L’IHEDN en Nouvelle-Aquitaine

L’Institut [IHEDN] et l’Union-IHEDN, nos maisons mères bougent et se réorganisent.

Tous ensemble, nous devons accompagner ce changement pour la réussite de la mise en place du Service National Universel [SNU] au niveau départemental.
A cet effet, il est impératif de voir converger nos actions au niveau régional.

Il est donc suggéré la création d’un « Comité d’entente des auditeurs IHEDN en Nouvelle-Aquitaine » et la mise en place d’une « Charte de fonctionnement » définissant un lien de subordination fonctionnelle entre les trois associations régionales et les modalités de concertation.

Un projet de rédaction de cette « Charte de fonctionnement » est téléchargeable en bas de page (version n° 1 du 16 février 2020)..

Région immense qui demande beaucoup d’ingéniosité afin de parvenir à travailler ensemble.

Histoire et esprit de défense

200° session en région : session Bordeaux – Pau

Rapport présenté en 2015 par le comité n° 2.

L’enseignement de l’histoire dans le secondaire promeut-il l’esprit de défense ?

La définition de « l’esprit de défense » ne s’impose pas d’elle-même. Elle peut s’approcher de celle du livre blanc de la Défense 2013 : « Il est la manifestation d’une volonté collective assise sur la cohésion de la Nation et une vision partagée de son destin. »

Pour les Français, ce que la Nation doit d’abord défendre, c’est un cadre politique :

  • une République indivisible, démocratique, laïque et sociale. La République française l’exprime par son triptyque « Liberté, Égalité et Fraternité ».

Ces valeurs sont le fruit de luttes et de conquêtes progressives contre l’arbitraire du Prince.

Ainsi, l’Histoire, la littérature et la culture héritée du siècle des lumières constituent les fondements de la Nation sur un territoire enfin unifié.

Ces valeurs semblent actuellement remises en question par une petite fraction de la communauté française.

En effet, la pluralité des menaces – les contraintes économiques et sociétales, la panne de l’ascenseur social, les attaques contre la liberté d’expression ou le sentiment d’exclusion éprouvé par certains – tendent insidieusement à déstabiliser le pacte républicain.

Pourtant, chaque fois que la France est « portée haut » par un évènement de nature politique, économique ou sportif, le pays se réunit pour célébrer ses valeurs nationales.

Ainsi son Histoire ne serait-elle pas le ciment d’un sens commun ?

Son enseignement ne devrait-il pas relever le défi de susciter chez les jeunes générations une fierté pour vivre dans le pays qui a donné au monde la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ?

L’enseignement de l’histoire dans le second degré promeut-il l’esprit de défense ?

Document téléchargeable :
Histoire et esprit de défense