Analyse de l’actualité économique – Janvier 2023

Par Jacques-Louis KESZLER et Olivier PASSET

Depuis plus de trente ans Jacques-Louis KESZLER accompagne les PME dans leur adaptation au monde qui change, dans leur stratégie de marges et dans l’animation de leur personnel pour lui faire donner le meilleur de lui-même.
– Consultant Associé chez KESZLER & Compagnie (1997 à aujourd’hui).
– Gérant de la PME Visuel F Conseil dans le cadre de son redressement (2000-2004).
– Gérant de l’institut de recherche et d’action commerciale de Paris (1998-2000).
– Directeur fondateur de l’école supérieure de commerce de La Rochelle [Excellia] (1988-1996).

Olivier PASSET est économiste et directeur des synthèses économiques chez Xerfi. Il est notamment chargé du suivi des politiques économiques et des mutations de l’appareil de production.

19 oct. 2022 – La guerre en Ukraine, nous place face à une nouvelle polarisation du monde, entre l’Occident développé, sous leadership américain, et l’Orient émergent qui conteste ce leadership. À travers cette fracture, sans rigueur géographique, c’est la rivalité entre deux blocs d’intérêts que nous pointons. […]
16 nov. 2022 – Quelque chose cloche encore et toujours dans la compétitivité hexagonale. Voici bientôt 10 ans que la France est engagée dans des politiques de l’offre. Modérant la hausse du salaire minimum. Allégeant la fiscalité sur les entreprises et poursuivant la baisse des charges sur les bas et moyens salaires. […]

La DST sur le front de la guerre froide

Auteur(s) : Nart Raymond – Guérin Michel – Clair Jean-François
Editeur : Mareuil Éditions
Parution : 27/10/2022
Nombre de pages : 208
Expédition : 323
Dimensions : 21.6 x 14.2 x 2.2
Résumé : En 1944, sur les ruines encore fumantes d’une Europe ravagée par un conflit qui se solde par la mort de plus de 50 millions de victimes, une autre guerre commence, sourde, rampante. Une guerre de l’ombre et des coups tordus. Une guerre où vont s’affronter ces deux grands blocs que sont l’Est et l’Ouest : l’URSS et ses satellites, d’un côté, les Etats-Unis et ses alliés, de l’autre. On l’appellera la ” Guerre froide “, celle du renseignement, de la désinformation. Celle des soldats anonymes. En France, la DST sera en première ligne, que ce soit face au KGB, au GRU ou aux services du bloc de l’Est, jusqu’à la chute du mur, en 1989. Créée en 1944, la DST part de zéro : les archives de l’ancien Contrôle général de la Surveillance du Territoire ont été détruites à l’arrivée des Allemands, quatre ans plus tôt. Il lui faudra vingt ans pour s’en relever. Ce qui ne l’empêchera pas de remporter quelques beaux succès qui permettront l’expulsion au total d’une centaine d’officiers soviétiques, sans compter leurs collègues des pays ” frères “. Pour la première fois, ce livre raconte sans détour les difficultés rencontrées par ces fonctionnaires français de la DST, ces ” contre-espions “, ces hommes et ces femmes dont certains sont tombés au champ d’honneur sans que leurs noms ne soient jamais gravés sur un monument aux morts.
Biographie :  Les auteurs sont tous les trois inspecteurs généraux honoraires de la Police nationale et anciens de la DST.

Revue de Presse

« La DST sur le front de la guerre froide » : la meilleure ennemie du communisme

Plongée dans le contre-espionnage avec trois historiques de la direction de la surveillance du territoire, qui fut longtemps, en France, le dernier rempart face au KGB. Par Jacques FOLLOROU – Le Monde
Publié le 07 novembre 2022 à 06h30, mis à jour le 07 novembre 2022 à 08h22
© https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/11/07/la-dst-sur-le-front-de-la-guerre-froide-la-meilleure-ennemie-du-communisme_6148775_3232.html

Livre. C’est une caste qui a toujours vécu à l’abri du secret-défense. Composée de policiers, elle a vécu, depuis l’après-guerre, avec la foi inébranlable d’être le dernier rempart face au communisme. Jusqu’à la chute du mur de Berlin, en 1989, elle n’a eu qu’une obsession : le KGB et ses supplétifs. Son nom : la direction de la surveillance du territoire (DST). Si cette maison est devenue, en 2008, la direction centrale du renseignement intérieure après sa fusion avec les renseignements généraux, puis, en 2014, la direction générale de la sécurité intérieure, elle reste hantée par son histoire.

Ni les changements administratifs ni la priorité donnée, depuis les années 1990, à la lutte contre le terrorisme n’ont réussi à modifier son ADN originel. Et l’ingérence du renseignement russe en Europe, à l’heure de l’agression en Ukraine, ne risque pas de lui faire oublier son passé. Voilà pourquoi, la lecture de La DST sur le front de la guerre froide, cosigné par Jean-François Clair, Michel Guérin et Raymond Nart, trois historiques de la maison, est un exercice recommandé.

Entre livre d’espionnage pointu et mémoire vive de grands anciens, cet ouvrage est un objet hybride qui plonge le lecteur dans le cerveau de maîtres contre-espions français. On y découvre leur rancœur, leur fierté et, finalement, une lecture très policière de l’histoire qui peut expliquer, sans qu’ils ne s’en rendent compte eux-mêmes, ce sentiment d’incompréhension qu’ils semblent garder de leur longue carrière.

Secret-défense

La DST est née le 16 novembre 1944 d’une ordonnance du général de Gaulle. Rattachée au ministère de l’intérieur, c’est avant tout un service de contre-espionnage « protégé du regard des préfets et des juges, secret-défense oblige », notent les auteurs. Confrontée aux « séquelles de la guerre » et à « l’absence de coopération avec les Américains qui ne viendra que tardivement », la DST entame une longue période d’apprentissage. « Sa connaissance des services soviétiques est [alors]plus que lacunaire », reconnaissent-ils.

Pour ne rien arranger, la guerre d’Algérie, de 1954 à 1962, détourne les ressources de la DST de son objet initial. « C’est le tout-sécuritaire », regrettent les auteurs en opposition à la « sûreté » du territoire, la contre-ingérence, autrement plus noble, à leurs yeux. L’indépendance de l’Algérie recentre la DST sur son métier, la chasse aux espions de Moscou et ses alliés. Le livre rappelle utilement que l’essentiel des informations glanées sur les services adverses vient des transfuges et que la plupart des agents soviétiques ayant « choisi la liberté » ont opté pour les Etats-Unis ou le Royaume-Uni qui, ensuite, ont partagé le fruit de confessions levant le voile sur la réalité des infiltrations du KGB.
[…] La suite est réservée aux abonnés.

Bilan des activités 2022

Courier du Président de l’AR-18 IHEDN Poitou-Charentes à tous les adhérents de notre association.

Mes chers camarades, en ce début d’année, je viens vous renouveler mes meilleurs vœux et particulièrement une bonne santé.

Je souhaite également vous remercier du précieux soutien que vous apportez à notre association IHEDN Poitou-Charentes. En retour, Je me dois de vous en présenter les évolutions majeures, de même que le bilan de notre action en 2022.

Les évolutions majeures :

Fin 2021, les services fiscaux ont bien voulu donner une suite favorable à notre requête, accordant le statut « d’association d’intérêt général » à notre association. Ce nouveau statut nous permet de délivrer des reçus fiscaux aux bénévoles engagés dans des actions spécifiques.

Depuis sa création, notre site internet est tenu régulièrement à jour et une veille est également assurée pour détecter les connexions indues. Vous pouvez vous connecter à ce site, vous y trouverez toutes les informations relatives à la vie de notre association.

Le bilan de notre action en 2022 :

Notre effectif pour l’année 2022, est composé de 78 auditeurs et de 16 membres associés, soit 94 adhérents.

Au-delà des réunions mensuelles dans chaque département, des réunions trimestrielles du comité directeur et du trinôme académique, notre association a eu une activité diversifiée.

Service National Universel

Notre association régionale s’est inscrite dans la formation dispensée au jeunes volontaires du Service National Universel, lors de la Journée Défense et Mémoire animée par le Ministère des Armées.

En 2020 huit auditeurs et membres associés, se sont portés volontaires pour participer à une formation dispensée par le Centre du Service National et de la Jeunesse de Poitiers.

“Ce stage” donnait capacité à nos camarades pour intervenir auprès des jeunes du SNU.

En 2022, 8 prestations ont été assurées dans les différents centre SNU de la région.
Il s’agit d’un important travail de sensibilisation des jeunes aux questions de défense que nous avons assuré.

À travers ces opérations, c’est également la crédibilité de notre association qui était en jeu. Le bilan est largement positif. Que tous les intervenants de l’AR-18 en 2022, en soient chaleureusement remerciés. Cet élan a suscité d’autres candidatures pour s’inscrire dans cette démarche. Trois nouveaux camarades se sont portés volontaires pour 2023.

225° session régionale IHEDN

En janvier 2022, nous avons accueilli au Conseil départemental de la Charente-Maritime, la première semaine de la 225ème session régionale IHEDN qui s’est déroulée en Nouvelle Aquitaine. A l’issue, 4 nouveaux auditeurs ont rejoint nos rangs. Je leur souhaite la bienvenue.

Esprit de Défense et Engagement dans la France d’aujourd’hui

À la suite d’un déplacement à Bordeaux, visant à assister à la restitution des travaux du sujet national 2021-2022, un groupe de travail a été mis en place pour traiter le sujet national 2022-2023. Animé depuis la Charente-Maritime, ce groupe travaille sur le thème « Esprit de Défense et Engagement dans la France d’aujourd’hui ».

Des équipes constituées dans chaque département ont participé à l’animation des rallyes citoyens dans le cadre du trinôme académique.

Rallyes citoyens

Cinq rallyes ont été organisés en 2022 dans notre région, dans la Vienne (1), les Deux-Sèvres (1), la Charente (1) et la Charente- Maritime (2). Rassemblant des jeunes des collèges et de lycées. Ces manifestations sont organisées en étroite coopération avec le Rectorat de Poitiers qui dirige le trinôme académique, et le Ministère des Armées qui assure l’importante logistique de ces manifestations. Nos interventions dans ces rallyes citoyens, visent à finaliser, en amont, les demandes de subventions effectuées auprès d’une commission dédiée à Paris, à laquelle nous participons, et à proposer des activités de réflexions sur la thématique de la défense (questionnaires à choix multiples, jeux etc..).

Cycle de conférences

Trois conférences vous ont également été proposées. Deux d’entre-elles ont été animées par des parlementaires (Niort, Poitiers). Membres de la Commission de la Défense à l’Assemblée Nationale. Ces élus de la République, se sont vu remettre, à cette occasion, la médaille de l’Union IHEDN, fédération d’associations à laquelle nous sommes affiliés. La troisième conférence traitait de la thématique des drones, sujet d’une actualité particulièrement brûlante (Poitiers).

Un cycle de 7 conférences a été réalisé auprès des élèves de le la classe défense du Collège Jeanne d’Arc de Surgères en Charente-Maritime.

Correspondants Défense

Un rassemblement des correspondants Défense des conseils municipaux a également été initié, et organisé en coopération avec le Ministère des Armées sur la base aérienne 721 de Rochefort-Saint Agnant en Charente-Maritime. Il s’agissait, en l’espèce, lors d’une journée complète, de présenter à ces élus, l’organisation de la défense en France, et de leur donner des pistes de réflexion pour orienter, si nécessaire, les jeunes de leurs communes, vers des métiers correspondant à leurs aspirations.

Colloque Cybersécurité

Un colloque sur le thème de la cybersécurité a été organisé à Rochefort en Charente Maritime en coopération avec la mairie. Ouvert au public, l’objectif visait aussi à sensibiliser les jeunes de l’éducation nationale,aux risques liés aux réseaux sociaux.

Journée de l’Engagement

Notre AR a également participé à la Journée de l’Engagement organisée par le rectorat de Poitiers à Niort. À cette occasion, notre association a été présentée et mise en valeur.

Formation des enseignants

Nous avons également participé à l’organisation d’une journée de formation des enseignants aux questions de défense globale, laquelle s’est déroulée au lycée Grégoire à Angoulême en Charente.

Pour terminer, un travail sur le thème de la résilience a été finalisé par le Comité de la Charente en décembre dernier. Il sera bientôt disponible sur notre site internet.

Voilà, mes chers camarades, les points importants qui ont marqué la vie de notre association en 2022.

Nous devons ce bilan, d’abord à votre soutien, au dynamisme et à l’engagement du bureau de l’association et du comité directeur, mais aussi à l’implication de nombreux adhérents dans les actions spécifiques évoquées supra ; Je tiens personnellement à les remercier.

Pour 2023 nous avons d’autres projets. Le premier de l’année a déjà été exécuté, puisque nous avons visité début janvier la Base aérienne 709 de Cognac-Châteaubernard qui assure la formation des pilotes de l’armée de l’air qui dispose d’un régiment opérationnel de drones.

Je suis bien évidemment preneur de vos observations et ouvert à toutes vos suggestions.

Vous pouvez me contacter, de préférence par messagerie à paul.morin@orange.fr en mettant en copie votre président départemental. Veuillez mettre en objet IHEDN/AR-18 de la part de… Je vous répondrai avec grand plaisir. Si vous souhaitez partager un article, une notification, faites-moi parvenir le document par votre président départemental. Après lecture, nous le ferons suivre à tous les adhérents de notre association.

Avec mes meilleurs sentiments.

Paul MORIN

Joyeux Noël et Bonne Année 2023

© Aquarelle de Renée MOUNIER.

Chères amies et chers amis du comité Aunis-Saintonge,
Inéluctablement la tradition revient chaque année.
Mais, ne comptez pas sur moi, irréductible Gaulois d’un très vieux village perdu des Dieux contemporains, pour vous souhaiter de “Bonnes fêtes de fin d’année” et de “Gouleyeux réveillons”.
La douceur des quelques fruits que je vous envoie est là pour vous plonger dans la Joie et la Sainteté  de Noël et le Triomphe de la Nouvelle Année.
Que ces fêtes de la Nativité et du Renouveau soient célébrées dans vos familles de façon sereine et glorieuse.
Que 2023 voie la réussite de votre vie et de vos entreprises.
Qu’elle voie la bonne marche de nos travaux.
Avec toute mon amitié.
Philippe MOUNIER

GAFAM Nation

La toile d’influence des géants du web en France.

L’Observatoire des multinationales a publié un rapport très complet (en PJ)  sur les pratiques de lobbying des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) en France.

Un document éclairant et particulièrement utile tant il y a peu de données disponibles sur ces pratiques au niveau français.

S’il en était besoin, il démontre leur pénétration jusqu’au plus haut niveau de l’État et la servitude volontaire de la haute administration et de la plupart des couches de l’économie et de la société.

La pieuvre qui enserre de plus en plus la plupart des rouages de la Nation doit rencontrer la résistance de chacun d’entre nous si nous voulons demeurer une société libre et indépendante et ne pas glisser vers un scénario à la “1984”, déjà bien entamé.

Les moyens alternatifs aux outils des GAFAM sont connus et sont aussi performants. L’idéal serait qu’il existe vraiment une volonté politique ferme et durable de les employer. A défaut, c’est à chaque citoyen de les utiliser et d’inciter à leur emploi.

« Le pouvoir n’existe que parce que ceux sur lesquels il s’exerce y consentent. » 
« Ainsi la première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude…»
La Boétie

Principales conclusions.
Les filiales françaises des GAFAM ont déclaré au total en 2021 la somme de 4 075 000 euros de dépenses de lobbying en France, contre 1 350 000 euros en 2017, soit une multiplication par 3.
Les GAFAM bénéficient en outre pour leur lobbying de l’appui de nombreux cabinets (8 à Paris et 10 à Bruxelles pour Google), ainsi que de plusieurs associations d’entreprises du numérique avec des dépenses de lobbying cumulées de 1,44 million d’euros en 2021.
Les GAFAM ont recruté de nombreux anciens hauts fonctionnaires ou anciens responsables d’autorité de régulation en France pour assurer leur lobbying auprès de leurs anciens collègues.
En dépit des révélations des «Uber Files» et d’autres enquêtes journalistiques, il n’y a toujours presque aucune transparence sur les rencontres et contacts entre les GAFAM et les décideurs publics.
Les GAFAM ont multiplié les partenariats financiers avec des “think-tanks”, des grands médias ou des institutions de recherche en France, ce qui leur assure une influence considérable sur la fabrique de l’opinion et le débat public.
Par manque de moyens et d’expertise, les administrations et les services publics ont eux aussi multiplié les contrats et les collaborations avec les GAFAM, qui s’affirment ainsi comme des partenaires incontournables des États.

Guerre économique

Guerre économique. Qui est l’ennemi ?
Par Lucie Laurent et Nicolas Moinet

Collectif

OCTOBRE 2022
ISBN : 9782380943207
ENQUÊTES ET TÉMOIGNAGES – 25,90€

Nouveau Monde éditions et l’École de guerre économique s’associent pour créer Guerre économique.  La publication annuelle de référence sur les guerres de l’ombre qui secouent l’économie française.

En vente dans les bonnes librairies et sur toutes les plateformes de e-commerce.
Je commande chez Nouveau Monde

Présentation via un petit film :
 https://www.youtube.com/watch?v=4WvxslZMM1I 

Guerre de l’information, espionnage économique, cyberattaques, guerres hybrides, démantèlement industriel, déstabilisations financières… Les entreprises françaises sont devenues des cibles.
Guerre économique est le premier ouvrage annuel qui décrypte les guerres de l’ombre qui mettent en danger notre économie.
Qui menace les intérêts français ? Pas toujours ceux que l’on croit :
– des adversaires mais aussi des alliés : États-Unis, Chine, Russie, Allemagne…
– des mafias
– des fonds d’investissement
– des GAFAM
– et même d’anciens hauts responsables français.
 
Une publication de l’École de guerre économique, pionnière sur le sujet depuis 1997, par son centre de recherche 451 composé :
– d’experts reconnus sur le sujet : Christian Harbulot, Ali Laïdi, Nicolas Moinet
– de professionnels de l’intelligence économique
– d’un philosophe (Dany-Robert Dufour), l’ex-espion devenu lanceur d’alerte (Maxime Renahy), des journalistes et des historiens.

Les conférences du général Philippe MOUNIER

Publié le  par Christian CHAUVET

À lire en ligne ou à télécharger, les différentes conférences.

Cedant Arma Togae

Montpellier le 10 novembre 2022. Montage de Guy RAGEOT, le Ouèbemaître [Saint-Cyr – Serment de 1914 1965]

Traités Sèvres 1920 – Lausanne 1923

Académie des Belles-Lettres, Sciences et Arts de La Rochelle
Conférence du Général Philippe Mounier
Les Traités de Sèvres 1920 et de Lausanne 1923
Mercredi 16 février 2022 à 17 h 00
Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle 28 rue Albert 1er – La Rochelle (17000)

Jeunesse et Citoyenneté

Paroles d’honneur – Lettres à la jeunesse[1].

Résumé du livre du Général d’armée Pierre de Villiers. Par Decitre.

Il y a deux façons de voir la situation actuelle : soit se complaire dans le constat, il est vrai cruel et inquiétant ; soit surmonter ce dernier et chercher des solutions, faire confiance aux trésors de notre génie français. Vous, les jeunes, êtes l’avenir de la France. Vous êtes aujourd’hui en demande d’humanité et de fermeté, d’autorité et d’amour, d’exigence et de bienveillance. Vous cherchez votre équilibre, dans une société où les facteurs de déséquilibre se multiplient. 

Il reste à canaliser vers de justes causes cette attente et cette soif d’idéal. Les plaintes soulagent, mais ne construisent rien de durable. Tout au long de son parcours militaire, le général Pierre de Villiers a eu à cœur de transmettre ; cinq années dans la vie civile n’ont fait qu’affermir son engagement pour la jeunesse, à laquelle il dédie ces lettres. Elles constituent une véritable profession de foi intellectuelle et morale. Une leçon qui résonne profondément en nous. Ces Paroles d’honneur ouvrent un chemin pour réapprendre à aimer la France et retrouver l’espérance. Après quarante-trois années d’une carrière militaire qui l’a conduit à devenir chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers est président d’une société de conseil en stratégie. Il est l’auteur, aux éditions Fayard, de Servir (2017), Qu’est-ce qu’un chef ? (2018) puis L’équilibre est un courage (2020).


[1] https://www.decitre.fr/livres/paroles-d-honneur-9782213725352.html

—oo0oo—

Synthèse de la Conférence prononcée par le Général d’armée Pierre de VILLIERS sur la jeunesse et la citoyenneté.
par Philippe MOUNIER Auditeur du Comité Aunis-Saintonge

Ces idées peuvent paraître banales, mais elles ont été exprimées avec conviction, humour et brio. Elles nécessitent d’être rappelées.

I –  Le monde actuel est instable et dangereux.

  • Il convient d’apprendre aux jeunes à aimer la France. 
  • Il ne faut pas succomber à la vision « temps court » du politique, liée aux contingences électorales. Il faut privilégier le « temps long », porteur d’avenir construit.
  • L’Etat anonyme a pris la place de la nation charnelle.
  • Il faut lutter contre l’individualisme pour le bien de la collectivité et pour instaurer une véritable fraternité humaine.

II –  Les crises se multiplient

Face à elles, il faut déterminer des points d’ancrage :

  • La confiance qui favorise la responsabilisation et permet l’application du principe de subsidiarité.
  • L’autorité qui nécessite une capacité de conception, une aptitude à convaincre, une conduite sans changement de cap, un contrôle.
  • La stratégie : réponse aux questions Quoi ? Pourquoi ? De quoi s’agit-il ? Pour cela, il convient d’être audacieux et équilibré et de prendre de la hauteur.
  • L’éducation : respecter le triptyque parents-enfants-professeurs. Valoriser les notions de patrie et de drapeau. Retrouver les véritables fondamentaux. Tracer les limites à ne pas franchir. Connaître la France, sa langue, son Histoire.

III –  À développer chez les jeunes.

  • L’exemplarité.
  • L’authenticité.
  • L’optimisme : ne pas se laisser abattre.
  • Le dépassement du découragement.
  • L’humilité.
  • L’encouragement à se tourner vers les autres.
  • Le courage : force morale de faire les choses, savoir trancher et dire la vérité.
  • La gestion et la maîtrise du stress.

IV –  Valeurs à partager.

  • Reconnaissance et pratique de l’escalier social.
  • Libération des chaînes intérieures et acquisition d’un libre arbitre.
  • Egalité et équité, sans recherche de l’égalitarisme.
  • Fraternité : esprit d’équipe intergénérationnel.
  • Détermination, persévérance.
  • Esprit d’équipe.
  • Sens du pardon.
  • Amour de la France.
  • Trois mots clefs : HUMANITÉ, UNITÉ, ESPÉRANCE.

V –  Conclusion.

Faire confiance à la jeunesse et être optimiste.

—oo0oo—

Analyse de la Conférence prononcée par le Général d’armée Pierre de VILLIERS sur la jeunesse et la citoyenneté.
par Jean-Marc BRAULT de BOURNONVILLE Membre associé

L’intervention du Général Pierre de Villiers est centrée sur la jeunesse.

Il rappelle le besoin de l’autorité et qu’il en est un praticien.  

Ce besoin d’autorité est d’autant plus nécessaire dans cette période troublée avec des réactions immédiates sans recul ni réflexion.  

L’autorité peut aider la jeunesse à croire en l’avenir.     

Le général rappelle qu’il est un praticien de l’autorité et qu’il s’est donné comme mission de transmettre ses valeurs et d’aider ses auditeurs, par ses réflexions, à devenir « des citoyens acteurs ».  

Jeunesse et citoyenneté : apprendre à remettre la personne au cœur de la cité.

Son intervention se fera sur quatre points :

  1. Une analyse de la situation en langage militaire qui est l’ennemi ?
  2. Les points d’ancrage pour que la jeunesse puisse retrouver du sens de l’envie.
  3. Les qualités que les jeunes doivent développer.
  4. Les valeurs à partager. 

I –  Les facteurs qui pèsent sur la jeunesse.

Pierre de Villiers développe certains sujets qui enrichissent cette situation tant anxiogène pour la jeunesse.

1.1 – Le contexte géostratégique ou le monde dans lequel nous vivons :  

‒ Le terrorisme islamique radical qui vise à imposer un nouvel ordre mondial basé sur une idéologie mondiale et qui utilise comme moyen d’action une barbarie totale.  

‒ Le retour des états-puissances : Russie, Chine, Turquie, Inde, Iran… qui développent des stratégies à long terme alors que nos démocraties n’ont pour seuls horizons que les échéances électorales. Ces mutations se produisent alors que nous assistons à des migrations massives et des désordres climatiques avec leurs conséquences sur les évolutions des sols ou sur l’eau.  

‒ « Nous sommes à un point de bascule ! ». L’ordre international a changé depuis la chute du mur de Berlin, les organisations internationales sont impuissantes face à ces évolutions et les jeunes s’en inquiètent.

‒ Le Bilatéral ou le multilatéral.

1.2 – Le temps qui presse ! 

On ne se parle plus, on zappe. Les événements se succèdent sur les réseaux sociaux. Les moyens modernes de communication sont une source d’exclusion pour les plus anciens. Il rappelle le proverbe afghan : Vous avez les montres, nous avons le temps ! ;  

1.3 – Les technologies accélèrent le temps qui passe : 

Télétravail, robotisation… Avec le risque de perversion de la technologie sur l’homme.

1.4 – La crise de l’autorité est présente partout. 

La mondialisation complexifie les prises de décisions et abolit les frontières. 

« Finalement qui décide et que suis-je dans le processus ? ». 

Un dysfonctionnement est perçu entre l’État et la Nation. La finance et le droit sont présents partout ! Les jeunes ne comprennent pas ce qui se passe, les racines et l’appartenance nationale se perdent ;  

1.5 – L’individualisme.

Le sens du collectif est perdu, « On ne se parle plus, on s’envoie des messages ». 

L’individu est roi « Quel Monde laisse-t-on aux jeunes ? ».

II –  Les points d’ancrage pour une citoyenneté renouvelée     

2.1 – La confiance. 

« C’est le carburant de l’autorité… ne jamais mentir ».  

2.2 – L’autorité (contraire de l’autoritarisme).  

Tout projet se conduit en quatre étapes : 

  • Conception (quelle vision ? Où va-t-on ?)
  • Convaincre sur sa validité.
  • Conduire (on peut tirer des bords mais on garde le cap).
  • Contrôler (on valide le process pour l’améliorer). 

2.3 – La stratégie ou voir loin !

« Quelle paix construire de l’autre côté de la crête ? ».  

Des entreprises en croissance peuvent rapidement décroître. Un plan stratégique peut permettre d’évaluer les risques. Aujourd’hui, on vit dans le tout assurance, avec le principe de précaution. On s’interdit l’audace pourtant l’avenir appartient aux audacieux, dit-on ! Il faut savoir évaluer les risques pour les maîtriser.

« Et dans toute circonstance, prendre le temps de réfléchir ».  

2.4 – L’éducation. 

C’est un mot-clef. La relation enfants/parents/enseignants ne fonctionne pas ou plus !  

« Notre pays est magnifique et aimable mais la France est devenue un gros mot. On n’aime plus la France ». 

Importance de respecter les talents des jeunes, de redorer l’image des enseignants, de l’apprentissage et des métiers manuels.

III-  Les qualités que les jeunes doivent développer.

« Il faut apprendre aux jeunes à devenir des chefs, et d’abord chef de soi-même ».  

3.1 – L’exemplarité.

« C’est exigeant ! On fait ce que l’on dit ou ce que l’on pense ».

On doit être un exemple pour les autres.

3.2 – L’authenticité/le naturel.

3.3 – L’enthousiasme, l’optimisme. 

On ne gagne pas que par l’intelligence. La passion et le cœur ne doivent pas être oubliés.

3.4 – L’humilité (contraire de l’orgueil). 

« Savoir être modeste et ne pas avoir toujours raison. Gardez de l’humour, éviter l’ironie mordante et entraîner les gens dans la joie ! ».

3.5 – Être tourné vers les autres. 

L’autorité est un service. En toutes circonstances, il faut apprendre à gérer les conflits. L’homme doit toujours être au centre de nos préoccupations. Il convient d’éviter que les décisions de nos gouvernants « fassent sauter les faibles ». 

À ce titre, le confinement récent qui a contribué à isoler les gens a été catastrophique.

3.6 – Le courage.

Le courage qui se décline en deux niveaux (le courage opposé à la lâcheté et celui du quotidien… au travail ou ailleurs)

L’important est de ne pas subir, de s’engager au service du collectif. 

Le général rappelle sur le thème du courage le discours que prononça le 8 juin 1978 Alexandre Soljenitsyne devant des étudiants de Harvard sur « Le déclin du courage en Occident ».

IV –  Les valeurs à partager.

Ne pas oublier l’escalier social (et pas l’ascenseur), et l’intérêt d’avoir réalisé soi-même les tâches que l’on commandera ensuite.  

L’armée le permet encore mais plus l’entreprise, ni la fonction publique.

4.1 – La liberté. le libre arbitre, la capacité à décider.

4.2 –  L’égalité (contraire de la discrimination), l’équité.

« Je suis traité comme tout le monde ».

4.3 – La fraternité. 

Le général cite un jeune « Dans l’armée, j’ai trouvé une famille ! ».

4.4 – La cohésion.

« L’équipe de France de football a gagné la Coupe du monde de 1998 ».  La cohésion s’organise par le parrainage, le binômage.

4.5 – La détermination.

« Je ne savais pas que j’étais capable de … » ;  

4.6 – Le respect.

Le respect (source de fierté), la considération (source de la délégation), le respect mutuel.

4.7 –  Le pardon.

Mot clef de la civilisation. Éviter les coups bas, se pardonner au lieu de s’insulter ; le pardon n’est pas l’oubli.

4.8 – L’équilibre (entre vie privée et professionnelle) 

4.9 – L’amour de la France.

Le drapeau, la culture, notre langue, notre histoire, nos entreprises, notre gastronomie. Évitons la repentance !

L’Europe où les poupées s’emboîtent et ne s’opposent pas.     

Trois conseils en guise de conclusion : 

Outre le fait de savoir écouter les anciens qui ont de l’expérience !     

1 ‒ Humanité : remettre la personne au centre de nos réflexions et décisions ;  

2 ‒ Unité : il faut rassembler unir : le pardon, la bienveillance, la réconciliation, mettre les talents au service du collectif (le général cite les maréchaux Leclerc et de Lattre de Tassigny et leurs épopées), et laisser de côté les diviseurs ;  

3 ‒ Espérance (contraire de la crainte de l’avenir, du pessimisme). Être fier d’être français et de réussir sa vie.

Le général de Villiers achève son propos par ces mots :

« Aimons notre jeunesse, elle nous le rendra !
La jeunesse a soif de grandeur, d’engagement
et pas de performance ».