Protégé : Surmonter la crise

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Début de règne

Paris, le 18 novembre 2020.

Mesdames et Messieurs les présidents d’associations d’auditeurs de l’IHEDN, Cher(e)s ami(e)s,

A l’issue de notre assemblée générale, qui s’est remarquablement tenue le 16 novembre dernier, et lors du conseil d’administration qui s’en est suivi, vous avez appris que Mario FAURE a décidé de ne pas renouveler son mandat de président, pour des raisons strictement personnelles.
Après le choc de cette annonce, j’ai proposé ma candidature à ce poste et le conseil d’administration a bien voulu m’honorer de sa confiance pour assurer cette mission jusqu’à notre prochaine assemblée générale en juin 2021.

Je tiens tout d’abord à remercier et le plus chaleureusement possible, notre ami et Past Président, Mario, pour tout le travail qu’il a fourni au cours de ces cinq dernières années, pour son sens des contacts, sa diplomatie, sa courtoisie, sa « force tranquille », mais aussi pour son total dévouement aux missions qui furent les siennes. Il a parcouru des milliers de kilomètres pour être au plus près des « territoires », au plus près de nos associations métropolitaines, mais également ultramarines.

Je suis remplie d’humilité face à la tâche qui m’incombe désormais, d’autant que le défi pour les 8 mois à venir est immense, mais parce que c’est là que nous agissons, parce que c’est là que nous amènerons des solutions.

De grands défis sont à relever pour les prochains 8 mois, tout en maintenant nos activités riches et variées (forum des études, études et actions de proximité, trinômes, SNU, groupes d’études…) :

1. Après une année 2019 compliquée sur le plan financier, continuer le redressement de nos comptes (démarche entamée depuis le début de l’année 2020), comme l’a si bien expliqué notre trésorier Didier GEIGER, lors de notre assemblée générale.

  • Cela passera forcément par l’application stricte des décisions votées en AG en 2019, malgré la contestation de certains réfractaires.
  • Mobilisation des associations qui ne reversent pas leurs cotisations à temps, malgré les versements de leurs adhérents.
  • Recherche de nouvelles sources de produits (Revue Défense, subventions diverses …).

2. Parachever l’e-annuaire que Bernard BESSON mène remarquablement, et qui devrait à terme être un véritable outil d’échange et de communication inter-associations, mais également inter-membres.

3. Mener à bien avec l’Institut la réforme des sessions en région, et l’engagement des associations régionales en amont, pendant et après celles-ci.

4. Adapter nos outils utilisés pendant le confinement et en faire une plus-value d’échange d’idées et de projets avec les associations.

5. Renforcer nos liens d’amitiés et notre cohésion.

Passé et vision d’avenir n’ont de sens que si nous savons nous inscrire dans une continuité et celle-ci est d’aller au bout du cap que nous nous fixerons ensemble.

Merci à tous pour votre soutien et votre engagement.

Isabelle BEAUVAIS

Fin de Présidence

Chères et chers Camarades,

Je viens prendre congé de vous en tant que Président de l’Union-IHEDN. En effet, à l’issue de notre Assemblée générale du 16 novembre 2020, je n’ai pas souhaité solliciter un nouveau mandat auprès du Conseil d’administration, pour des raisons strictement personnelles.

Je quitte la présidence de l’Union alors que celle-ci est en bonne situation, tant sur le plan de nos activités que sur le plan financier qui s’est amélioré en 2020.

L’Union accompagne l’Institut dans une réforme qui correspond à ce que j’ai défendu : une envergure large et un fort ancrage territorial. Nous avons fait au cours des cinq dernières années un bon travail, aussi bien dans nos actions vis-à-vis de la Jeunesse que dans nos activités de réflexion.

  • Je pense que nous faisons rayonner l’esprit de défense comme jamais.
  • Je crois aussi que le sentiment d’appartenir à une même communauté exigeante et fraternelle s’est développée parmi nous.
  • Je m’y suis attaché en resserrant autant que possible les liens avec vous au cours des nombreuses visites que j’ai faites à nos associations.
  • J’ai eu à cœur de faire tous ces déplacements sur mes propres deniers comme notre bénévolat le demande. Je suis toujours revenu de ces contacts avec un sentiment très positif.

J’ai aussi apprécié de travailler avec la Délégation générale, successivement dirigée par Serge Thébaut et par Jean-François Morel, secondés avec efficacité par Géraldine de Lanouvelle.
Qu’ils en soient remerciés.

Hier soir j’ai passé le « manche » à Isabelle Beauvais qui devient notre Présidente.
Elle a l’expérience et la sagacité nécessaires pour relever les défis qui sont devant nous.

Soyons fiers de ce que nous sommes et de nos missions. La Nation et la République peuvent compter sur nous. Je continuerai à les servir sous d’autres formes mais toujours en lien avec vous.
Je vous remercie des relations que nous avons établies. Je suis heureux d’avoir travaillé avec vous pour faire rayonner l’esprit de défense.

Longue vie à l’Union-IHEDN ! Soyez assurés de ma fidèle amitié.

Mario FAURE

Comment renforcer la résilience de la France ?

Par Mario FAURE Le 18 octobre 2020

Rapidement dit, la résilience est liée à la capacité de résister aux chocs. Le concept est passé de la physique aux sciences sociales : psychologie, sociologie, sciences politiques.
Notre propos sera centré sur la résilience appliquée à notre Pays avec ses caractères physiques, humains, politiques et économiques dans l’environnement géopolitique du XXIème siècle.

Cela suppose de se poser d’abord la question des types de chocs qui peuvent frapper la France. Fondée sur une cartographie des risques, cette démarche joint l’analyse à la prospective.
Elle implique une évaluation de l’existant et de ses failles, une vision des évolutions plus ou moins probables susceptibles de modifier la robustesse du Pays. Les chocs peuvent avoir deux origines : une menace, un risque.

  • Dans le premier cas le caractère intentionnel du choc implique un affrontement.
  • Dans le second, le choc ressort d’un aléas dont l’occurrence est plus ou moins plausible.

Il serait bon de sortir de la spécificité « défense » des auditeurs, pour aborder des champs nouveaux : sanitaires, environnementaux, géophysique…
La question centrale est bien de préparer le Pays aux chocs.
La résilience est aussi un état d’esprit et il serait opportun de réfléchir à la formation des populations à la résilience. Ce sera l’occasion de mettre en avant l’importance de la solidarité nationale comme facteur de résilience.

Signé : Mario FAUREPrésident de l’Union-IHEDN

Cyber : une question de souveraineté – La quatrième dimension de l’espace national

Un Livre blanc avec 30 propositions et le Projet CYBUNIH.

Ouvrage collectif de la commission cyber-stratégie de l’Union-IHEDN préfacé par Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de l’Europe et des affaires étrangères.

La crise sanitaire, politique, sociale et économique dans laquelle la pandémie de Covid-19 vient de plonger la planète n’a fait que renforcer la dépendance au numérique de chacun, organisations comme individus, avec les MOOC, visio-conférences, télétravail … et accentué notre fragilité en la matière.
Selon certains d’ailleurs « le prochain virus sera cyber » et il faut s’y préparer.

Constituée d’une quarantaine d’auditeurs délibérément recrutés dans toutes les régions et issus des horizons professionnels les plus divers, la commission s‘est donné comme objectif de « stimuler et fédérer des initiatives dans le domaine cyber, d’en identifier les grands thèmes et les axes de progrès, de dégager des recommandations à faire connaître et appliquer ».
S’en est suivi un important travail de réflexion dont les premières conclusions et propositions sont regroupées dans cet ouvrage, qui devrait en principe se prolonger par une mobilisation nationale sur le terrain d’anciens auditeurs, en vue d’aider à titre bénévole à sensibiliser au cyber dans toutes les Régions les segments les plus vulnérables de la population.

© Ouvrage collectif de la commission cyber-stratégie sous la direction de Julien ROITMAN.
Union des associations d’auditeurs de l’Institut des hautes études de défense nationale.

Pilotes des groupes de travaiL de la commission cyber-stratégie :
Sébastien BOURDON, Pierre-Guillaume GOURIO-JEWELL, Guillaume JEUNOT, Ali MLALA, Didier SPELLA, Patrick VABRE, Julien VALIENTE

Autres rédacteurs ayant participé à l’éLaboration de ce Livre Blanc :
Élise ACQUIN, Céline BOYARD, Gabriel BREIT, Marius CAMPOS, Laurent CHABAUD, Thierry COLOMBIER, Julien ESTEBANEZ, Véronique GUEVEL, François GUYOT, Christine HAGET, Emmanuelle HERVE, Olivier LASMOLES, Vincent LE DILASSER Jean-Claude LEBRESNE, Patrick LHEUREUX, Olivier LYS, Jean- Paul MATTEI, Cédrick MORMANN, Marie-Hélène PEBAYLE, Pierre UZAN, Justine VAN MINDEN, Marc WELTMANN

Mise en page finalisée par François GUYOT et François LEFAUDEUX

Remerciements :
Jamal BASRIRE, Marguerite BILALIAN, CYB-RI (ILERI), CINOV Numérique (Olivier LYS), Fanny DEMASSIEUX, Thomas ESTÈVE, Sophie FUCHS, Simond de GALBERT, Caroline GORSE- COMBALAT, Pierre GUYOT, Philippe LAVAULT, Pauline LOURADOUR, Jean-François MOREL, Maxime OLIVA, Jacqueline PASDELOUP, Mohand RAMTANI, Jacques ROUDIER, Philippe TELEP, Philippe TROUCHAUD

Réforme de l’IHEDN – Sessions en région

Mesdames et messieurs les présidents d’associations régionales d’auditeurs de l’IHEDN, 

J’espère que chacun d’entre vous se porte bien ainsi que vos proches.

Après la consultation que je vous avais adressé le 7 avril dernier, j’imagine votre impatience pour avoir un retour, et je remercie chaleureusement ceux qui ont pris sur leur temps pour répondre. La synthèse qui a été rédigée a été essentiellement ciblée sur les sessions en région, et n’a pas pris en compte les autres sujets sur lesquels vous vous êtes exprimés.

Cela fera l’objet d’un autre retour, tout aussi important et concis.

Aussi, je vous adresse ci-jointe la restitution qui a été adressée par le président Mario Faure au Général Destremau le 30 avril dernier, et qui a suscité tout son intérêt.

Ci-dessous un extrait de sa réponse à cet envoi :

« J’ai lu avec beaucoup d’intérêt et d’attention la lettre jointe. Et ce n’est pas une formule polie. Je veux remercier ici tous ceux qui y ont contribué, les remercier du temps donné mais surtout de propositions intéressantes.

Je veux particulier remercier Mme Isabelle Beauvais et le Contre-amiral Jean-François Morel de ce travail de synthèse. Je vois dans la réforme de l’Institut une vraie opportunité d’accroitre les synergies entre l’Institut et les associations, en particulier pour les futures sessions régionales. Je veux ajouter à mes remerciements Norbert Laurençon et Michel Foudriat qui ont accepté d’intégrer un de nos groupes de travail et je sais qu’ils seront d’excellents et fidèles représentants de l’Union. »

Afin de vous permettre de suivre les évolutions sur ce projet de « sessions en régions », voici quelques éléments :

Un groupe de travail entre l’Institut et les AR, a bien été constitué et a permis de mettre autour de la table, outre les représentants de l’Institut , deux présidents d’AR, respectivement le président de l’AQUI-IHEDN, Norbert Laurençon et le président de l’AR-Provence, le Général Michel Foudriat, mais aussi d’Aline Scouarnec, professeure d’université, auditrice régionale et membres du CA de l’IH, d’Anne Gallo, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne, d’Alain Juillet*, ancien patron de la DGSE et spécialiste des questions de cybersécurité.

Une première session de travail s’est tenu début avril en visioconférence.

Nous avons, dès lors, pu constituer au niveau de l’Union, un groupe de travail actif qui s’est réuni en amont des réunions avec l’Institut, et mandater officiellement Norbert Laurençon, président de ce groupe, et interlocuteur sur le GT-SR avec Michel Foudriat.

La deuxième réunion s’est tenue le 29 avril dernier et le retour ce cette réunion a été très positif. Ci-dessous un extrait du compte-rendu :

  • Cela implique par ailleurs une coordination efficace entre l’IHEDN et les associations régionales. Un GT (présidé par M. Laurencon) sera ainsi créé et inclura des représentants du DO, des associations régionales et des OGZDS. L’objet de ce GT sera d’étudier les pistes de coopération entre l’IHEDN et les acteurs régionaux afin d’assurer une fluidité dans le déroulement et l’organisation des futures SR. Il s’agira par ailleurs de renforcer l’ancrage régional de l’IHEDN et de s’engager dans une construction commune de formation. 
  • Les participants ont également souligné qu’il était nécessaire de penser « l’après IHEDN », c’est-à-dire veiller à ce que les compétences acquises lors des formations soient effectivement valorisées dans le cadre du parcours post-IHEDN de l’auditeur et mises au profit de la nation. Outre la réserve de l’IHEDN, il serait pertinent de penser un système permettant d’assurer la valorisation et la continuité des compétences acquises, lesquelles répondraient au principe « d’utilité nationale ».

Enfin, nous avons eu la dernière réunion le 6 mai dernier avec le Général Destremau et son équipe. Je vous en adresse le relevé de décision ci-joint.

Depuis cette rencontre virtuelle, au niveau de l’UNION, il convient de faire des propositions concrètes rapidement et efficacement. Il a donc, été décidé que Norbert Laurençon constitue au niveau des AR un groupe de réflexion proactif, compte tenu des échéances contraintes.

Ce groupe est constitué de :

  • AR-01 – Norbert LAURENCON – Président du groupe
  • AR-06 – Gabriel BREIT  
  • AR-09 – Michel FOUDRIAT   
  • AR-14 – Jean BACOT   
  • AR-15 – Éric MAQUER   
  • AR-16 – Pascal ROZE    
  • Union – Jean-François MOREL 

En appui en tant que de besoin : Isabelle BEAUVAIS et Caroline GORSE-COMBALAT.

En espérant avoir répondu à vos attentes, je reste à votre disposition pour tout éclaircissement.

Bien amicalement.

Isabelle BEAUVAIS
Vice-présidente de l’Union pour les Associations régionales
Mobile : 06 07 95 43 14

  • NdR : Alain Juillet, Directeur du Renseignement de la DGSE entre 2002 et 2003, avant d’être nommé Haut responsable chargé de l’intelligence économique auprès du Premier ministre jusqu’à 2009.
    © https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Juillet

Lettre de Mario FAURE aux Présidents des AR

Chères et chers camarades,

J’espère que vous et ceux qui vous sont chers sont en bonne santé en cette période difficile. Des auditeurs m’interrogent pour savoir ce que nous pouvons faire pour nous rendre utiles. A part ceux qui peuvent rejoindre la réserve sanitaire ou d’autres réserves, le meilleur service à rendre est de nous montrer exemplaires dans le respect des consignes données par le gouvernement. La situation n’est pas simple et les sources d’inquiétude ne manquent pas : santé de nos proches et de nous-mêmes, conjoncture économique, remise en cause au moins temporaire de nos modes de vie… C’est dans ces circonstances qu’il faut montrer du sang-froid et ne pas céder au catastrophisme trop souvent ambiant. Voilà le sens des messages à transmettre à nos entourages.

L’IHEDN connaît, comme le reste du Pays, un choc dans le déroulement de ses activités. Sa réforme est à l’ordre du jour. En dépit des incertitudes et des imperfections de communication, les orientations annoncées, notamment pour les sessions régionales, sont positives. L’Union se réjouit que le message qu’elle a formulé dès le début des réflexions sur l’importance de l’ancrage territorial ait été entendu. Après les arbitrages gouvernementaux, on est loin du projet initial annoncé en septembre 2019 par le Général directeur d’une division par deux du nombre des sessions régionales et de leur effectif. Au contraire c’est vers un doublement des sessions régionales que l’on se dirige. Isabelle Beauvais, en qualité de vice-présidente de l’Union au titre des Associations régionales, a lancé une consultation auprès de vous pour que vos idées soient exprimées et portées par l’Union. Des points d’interrogation subsistent sur le futur des sessions régionales : leur contenu pédagogique, leur animation et leur coût restent à définir. Une chose est sûre cependant, c’est que le développement des formations régionales va accroître le potentiel de rayonnement de nos Associations et renforcer le poids démographique des régionales dans la communauté des auditeurs. Le moment venu, il conviendra que l’Union s’adapte à cette nouvelle donne.

Pendant cette période de confinement, l’Union poursuit ses travaux et enregistre des avancées significatives. En premier lieu une commission pour la promotion de l’esprit de défense (CPEDEF) a eu lieu pendant la crise sanitaire. Elle s’est tenue de manière dématérialisée et a pris en compte les reports d’actions des trinômes académiques qui étaient programmées ce printemps. Le financement sera au rendez-vous.

Nous avons reçu les ouvrages édités par la Documentation française relatant les travaux du Forum de Strasbourg. Les exemplaires qui vous sont destinés sont en attente d’une reprise des services postaux et vous seront expédiés dès que possible. Vous pourrez les utiliser pour vos actions de rayonnement.

Un prochain numéro de Défense est en cours de finalisation par la rédaction, en dépit des contraintes de confinement, sur un thème original, incluant le lien-sécurité défense si pertinent en ce moment. Ce numéro sera bien imprimé et expédié aux abonnés comme à l’accoutumée. On peut espérer que, sous votre impulsion, l’accès gracieux à la version électronique du précédent numéro, d’une part, et un temps plus propice à la lecture, d’autre part, auront poussé vos adhérents encore non abonnés à redécouvrir et apprécier cette actualisation des connaissances, à la fois attrayante et inventive, qui fait le lien dans tout notre réseau.

Le projet d’e-annuaire, décisif pour la modernisation de nos instruments de travail, est en fin de phase de tests. Je remercie l’équipe qui s’en est occupé avec efficacité sous la conduite de Bernard Besson, vice-président de l’Union et responsable de la Commission Organisation. Avec l’implication des membres de cette dernière appuyés par ceux de la Commission Cyber de Julien Roitman, et notamment Pierre-Guillaume Gourio-Jewell, nous avons défini un cahier des charges, sélectionné un maître d’œuvre et finalisé l’instrument et ses procédures. Les fonctionnalités de l’e-annuaire vont bien plus loin que celles d’un banal annuaire et vous permettront des avancées pratiques dans votre animation et votre gestion. L’ouverture, d’abord aux administrateurs que vous avez désignés, puis à chacun de vos adhérents est imminente et vous recevrez l’information requise dans les tous prochains jours. Ainsi aurons-nous réussi à remettre sur les bons rails un projet qui, depuis plusieurs années, était encalminé par un défaut de conception initiale et un choix inadapté dans la maîtrise d’œuvre.

L’annuaire 2020 est finalisé mais le prestataire de service qui le réalise, la société FFE, n’est pas en mesure de le faire imprimer et router, compte tenu du confinement. Il semble improbable que la situation se débloque avant l’été et, sur la suggestion de FFE, nous allons procéder pour la première fois à une mise en ligne qui permettra à chacun, à jour de cotisation à fin 2019, de télécharger l’annuaire 2020.

Vous comprendrez aisément que toutes ces actions ayant un coût, les finances de l’Union sont fortement sollicitées. Or, comme je vous l’ai écrit à plusieurs reprises, ce sont les versements des cotisations à l’Union qui lui permettent de réaliser ces prestations à votre profit. Depuis de nombreuses années, l’irrégularité des versements faits par les Associations oblige cette dernière à faire l’avance des fonds. Notre trésorerie a des limites et je suis particulièrement vigilant sur notre situation financière. Je vous ai rappelé, le 5 mars 2020, la décision du Conseil d’administration de procéder avant le 31 mars de chaque année au versement équivalent à au moins 50 % de vos cotisations de l’année n-1. Cette obligation, dont le caractère indispensable est pourtant aisément compréhensible, n’a pas été respectée par tous cette année. Notre trésorerie n’est pas inépuisable et je n’admets pas que les efforts déployés par les responsables de l’Union pour gérer au plus près nos finances soient compromis par la négligence de certains.

Aussi ai-je donné comme instruction que, tant l’annuaire 2020 que l’e-annuaire, ne soient délivrés qu’à ceux d’entre vous qui sont à jour de versement. Ces instruments ont un coût et il est normal de les réserver en priorité à ceux qui les financent. Bien évidemment, ceux qui se mettront à jour de leurs obligations vis-à-vis de l’Union seront au fur et à mesure servis.

Pour terminer votre information et partager avec vous les soucis de l’Union, nous avons appris par hasard que le commissaire aux comptes désigné pour 6 ans par notre dernière Assemblée générale – et qui avait accepté cette mission – a cessé au début de l’année de figurer sur la liste officielle des commissaires aux comptes. Il n’a pas jugé bon d’en avertir l’Union, ce qui constitue un manquement caractérisé à ses obligations professionnelles. La chose est d’autant plus surprenante qu’il s’agit d’un auditeur. Je lui ai adressé une lettre recommandée pour lui signifier mon mécontentement et nous réserver toutes les voies de droit, notamment auprès du président d’Île-de-France de l’Ordre des experts comptables. Pour l’instant, nous lui cherchons un remplaçant que nous devrons proposer à une Assemblée générale réunie pour la circonstance.

Or le fonctionnement régulier de nos instances est perturbé par le confinement. Nous allons utiliser les facilités données par les ordonnances gouvernementales en la matière, qui autorisent le report des AG statutaires jusqu’à la fin 2020 ainsi que la tenue d’AG à « huis clos ». Nous nous dirigeons vers une AG par télévote pour nommer le nouveau commissaire aux comptes et vers une AGO à l’automne, en fonction des décisions que prendra le Conseil d’administration.

Je sais que la situation actuelle rend aussi difficile pour vous la réalisation de vos actions. Nous vous avons informés de ce qui touche aux Trinômes académiques et au SNU. Il est clair que le premier semestre sera largement amputé. Mais je connais votre capacité d’adaptation, que certains d’entre vous ont montrée en organisant des télé-événements. Je les en félicite. Le travail de la Communauté des auditeurs, comme celui de l’Institut lui- même, s’inscrit dans la durée. C’est en tenant compte de ce caractère qu’il serait utile que nous orientions nos réflexions pour améliorer la résilience de notre Pays et, ainsi, continuer à servir utilement la France.

Croyez, chères et chers camarades, à mes sentiments dévoués pour notre Union et, pour vous, à ma fidèle amitié.

Mario FAURE – Président de l’Union-IHEDNParis, le 16 avril 2020

Revue Défense N° 202 – Les enjeux du désarmement (Télécharger en ligne)

Message du Général de corps d’armée Patrick DESTREMAU

Mesdames et messieurs le Présidents, 

J’ai d’abord une pensée pour chacun d’entre vous et vos proches. Dans ces moments difficiles pour nos concitoyens et notre pays, je souhaitais m’adresser à vous.

J’ai imaginé que vous seriez heureux d’avoir des nouvelles de l’Institut, de la poursuite de ses activités, de la préparation de son avenir et de notre participation à l’effort de la nation pour lutter contre le Coronavirus. En ce temps d’isolement, je pense aussi important de rester en lien avec chacun d’entre vous, les responsables de l’Union, les président(e)s des associations régionales.

Poursuite des activités : continuer en nous adaptant

Dans la première semaine de la période de confinement, l’Institut a réussi à basculer en mode télétravail, grâce notamment à la réalisation du plan de mobilité voté l’an dernier par le conseil d’administration. L’équipe a fait un remarquable effort d’adaptation et de réactivité, notamment le bureau système d’information et de communication.

Notre premier souci a été d’adapter la poursuite des sessions : conférences devenues téléconférences (les premières seront diffusées cette semaine en direct sur Zoom© puis mises en ligne) et accompagnement des travaux de comité. Compte tenu du contexte, le report des missions Monde est, comme vous l’imaginez, plus délicat.

Vous trouverez là un lien vers le message que j’ai adressé dans les premiers jours aux auditeurs des sessions nationales : https://www.ihedn.fr/video/message-du-gca-patrick-destremau-aux-auditeurs-de-lihedn-0 (le code d’accès est 131).

Préparation de l’avenir : achever la conception de la nouvelle offre pour juin 2020

Parallèlement, l’Institut est profondément et résolument engagé dans les travaux de conception de la nouvelle offre, la déclinaison des décisions prises par le directeur de cabinet du Premier Ministre le 31 janvier et par le conseil d’administration du 12 mars 2020. Nous pouvons collectivement nous réjouir de la priorité donnée par le Premier Ministre aux sessions régionales. Notre ambition est dès 2021 de porter leur nombre de 8 à 9 par an dont une outremer et de doubler d’ici trois ans le nombre d’auditeurs. Je veux remercier ici la ministre des armées, le chef d’état-major des armées et le chef d’état-major de la marine, de l’appui, absolument nécessaire, qu’ils ont décidé d’apporter à ces futures sessions.

Afin de nous assurer de prendre en compte toutes les attentes, tous ces travaux sont menés en coordination étroite avec des groupes de travail rassemblant auditeurs et prescripteurs. Ainsi le 6 avril, nous aurons notre première réunion avec le GT SR. Au-delà, les conclusions de ces travaux vous seront présentées lors de la réunion élargie de la communauté de l’Institut du 18 juin 2020.

Vous trouverez joint un Flyer (en format A5 double) expliquant l’ambition et les grandes lignes de la réforme de l’Institut que vous pouvez largement diffuser vers vos membres ou auditeurs.

#Jeveuxaider : que faire ?

Nombreux ont été les auditeurs qui se sont tournés vers l’Institut et ont manifesté leur désir d’engagement et d’entraide. Je vais être ici assez simple : quel rôle peut vraiment et utilement jouer l’Institut dans le temps court et dans l’immédiat ? Nous serons complètement à l’écoute de vos propositions pour les accompagner ou les relayer. Nous relayons déjà les appels nombreux et concrets portés par le gouvernement ou les associations : https://www.ihedn.fr/actualite/jeveuxaider et https://www.ihedn.fr/actualite/donnez-votre-sang.

Au-delà, nous sommes convaincus que la plus forte valeur que peut et doit apporter l’Institut et la communauté se place dans le temps long, dans notre oeuvre au service de la cohésion nationale et la résilience de notre pays. En temps utile, il nous faudra étudier cette crise et le rôle que l’Institut aurait pu hier et devra demain, avoir.

Vous trouverez enfin joint une lettre vous donnant toutes ces nouvelles, expliquant notamment les grandes lignes de la réforme des sessions régionales et que nous vous proposons aussi de partager avec vos membres ou auditeurs.

Et n’hésitez pas à joindre la directrice des relations institutionnelles et de la communication Delphine Gillaizeau (Delphine.Gillaizeau@ihedn.fr) ou son adjointe Hripsimé Torossian (hripsime.torossian@ihedn.fr) en charge des relations avec les auditeurs si vous avez des propositions ou des questions.

Je vous adresse à tous mes salutations mes plus chaleureuses, mes pensées amicales dans ces temps difficiles pour notre pays et vous remercie encore de votre engagement au sein de la communauté de l’IHEDN.
 
Général de corps d’armée Patrick DESTREMAU – Directeur de l’institut des hautes études de défense nationale et de l’enseignement militaire supérieur

Pandémie et Innovation

[…]

Je pense que cette phase de réflexion un peu forcée peut nous amener à réfléchir sur le monde de « après pandémie et après confinement » dont nous sentons confusément qu’il sera très différent de « l’avant » car ce confinement sous menace d’épidémie (pour les gens qui réfléchissent un peu en pensant aux autres) va forcément changer les mentalités et le regard sur l’essentiel, c’est donc une source de réflexions riches y compris philosophiques (n’est-ce pas Bernadette !).

Ne serait-ce pas l’occasion de réorienter nos réflexions du groupe innovation sur comment appréhender les axes d’effort de demain (post confinement et redémarrage de la vie « normale ») donc quelles démarches innovantes peuvent être sources de rétablissement, d’évolution et d’amélioration de notre vie sociale, économique, politique, … ?


Un seul exemple
: le télétravail massif actuel qui va changer radicalement l’approche des outils informatiques vers un meilleur discernement de l’utile et du futile…

Le travail en visioconférence qui deviendra beaucoup plus évident, donc moins de déplacements (avec l’interrogation de comment percevoir ce qu’on pense lié au présentiel…mais qu’on voudrait « sentir » à distance), etc.

[…]

Pierre JAGER

L’IHEDN en Nouvelle-Aquitaine

L’Institut [IHEDN] et l’Union-IHEDN, nos maisons mères bougent et se réorganisent.

Tous ensemble, nous devons accompagner ce changement pour la réussite de la mise en place du Service National Universel [SNU] au niveau départemental.
A cet effet, il est impératif de voir converger nos actions au niveau régional.

Il est donc suggéré la création d’un « Comité d’entente des auditeurs IHEDN en Nouvelle-Aquitaine » et la mise en place d’une « Charte de fonctionnement » définissant un lien de subordination fonctionnelle entre les trois associations régionales et les modalités de concertation.

Un projet de rédaction de cette « Charte de fonctionnement » est téléchargeable en bas de page (version n° 1 du 16 février 2020)..

Région immense qui demande beaucoup d’ingéniosité afin de parvenir à travailler ensemble.